Cameroun : La FECAFOOT sonne la charge contre le président de la CAF, Ahmad Ahmad

La Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) a dit sa «profonde consternation», après les récentes déclarations du président de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad Ahmad, tenues lors d’une conférence de presse au Burkina Faso, selon lesquelles «en l’état actuel des choses, aucun site au Cameroun n’est en mesure d’accueillir la Coupe d’Afrique des nations de football».

Cameroun : La FECAFOOT sonne la charge contre le président de la CAF, Ahmad Ahmad

Dans un communiqué publié lundi et signé de son président, Tombi à Roko Sidiki, elle se dit «vivement préoccupée» par le fait que de tels propos soient tenus avant même que la première mission d’inspection de la CAF, prévue du 20 au 28 août 2017, n’ait effectué le déplacement du Cameroun.

«On serait en droit de s’interroger sur l’opportunité même de cette visite d’inspection, dès lors que les résultats semblent déjà arrêtés au niveau le plus élevé de la CAF», analyse l’instance, qui fonde sa préoccupation sur le fait que «ces déclarations du président de la CAF ne sont pas conformes à la réalité», le Cameroun venant d’organiser, «avec un succès indéniable», la CAN féminine de 2016.

S’agissant  de la CAN 2019, la FECAFOOT rappelle que le Cameroun, sur la base du cahier de charges  convenu avec la CAF, a lancé un vaste programme de construction et de  réhabilitation de ses infrastructures sportives, évalué à des centaines de milliards de  francs CFA et bénéficie, pour cela, d’importants concours financiers de la  Chine, des États-Unis, de la France, du Royaume-Uni et de la Turquie.

Il est difficile, après les propos du président de la CAF, «de ne pas prêter attention aux rumeurs persistantes sur l’existence d’une conspiration visant à retirer au Cameroun l’organisation de la CAN 2019 au profit d’un autre pays».

La FECAFOOT juge ainsi particulièrement curieux qu’il ait été décidé que les réformes récentes, opérées dans l’organisation de la CAN, s’appliquent immédiatement pour l’édition 2019, une situation qui remet unilatéralement en cause le cahier de charges précédemment conclu entre le pays et la Confédération, et qui «équivaut à un changement des règles du jeu en cours de match».

Il est également curieux, insiste Tombi à Roko, que la date de la première mission d’inspection de la CAF ait été unilatéralement changée, passant sans préavis de septembre à août 2017.

D’où vient-il que, s’insurge le président de la FECAFOOT, deux ans avant une compétition, «une campagne d’intoxication et de désinformation soit engagée pour dire que le Cameroun ne sera pas prêt en dépit des efforts déployés sur le terrain et des assurances du gouvernement camerounais» ?

La Fédération, qui «observera désormais avec une vigilance accrue, les actions et initiatives de l’instance faîtière du football africain relativement à l’organisation de la CAN 2019», dit continuer d’espérer qu’au cours de son mandat, Ahmad Ahmad «aura à cœur de travailler au bénéfice de tous les pays africains et non contre certains d’entre eux».

Nonobstant les curiosités ainsi dénoncées, la FECAFOOT affirme qu’elle accueillera, avec un esprit constructif, toutes les missions d’inspection de la CAF et réaffirme, solennellement, que le Cameroun sera prêt pour l’organisation de la CAN 2019.

© CAMERPOST avec APA

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Cameroun : La FECAFOOT sonne la charge contre le président de la CAF, Ahmad Ahmad"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Mahamad Bah

la rage, la haine,l’incompétence, l’irrogance,la malhonnêteté, l’irresponsabilité, sont les caractéristiques de ce. monsieur mais incha Allah, la can 2019 jouera au Cameroun

Kerosene Jupiterian

Moi, le cahier du charge est clair, Hamad et sa bande ont volé, la loi.

Paul Kamdem

La caf n’a pas d’élu a la fecafoot pas de représentant

wpDiscuz