Cameroun – Fécafoot : Place aux élections ! – 25/08/2014

En adoptant les textes de l’association, samedi dernier, le Comité de normalisation s’est mué en Commission électorale.

Siège de la Fécafoot à Yaoundé.
Siège de la Fécafoot à Yaoundé.

On annonçait des mouvements d’humeur. On annonçait des déchirures et un rejet en bloc des projets de textes (statuts et code électoral) de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) soumis par le Comité de normalisation aux 105 délégués de l’association, élus en 2013. On a plutôt assisté à des échanges houleux (entre 10h et 17h30) et âpres, à des négociations et enfin, à des ententes. C’est que, comme méthodologie de travail, le Comité de normalisation avait opté pour la transmission préalable des textes à chacun des membres de l’AG question de prendre connaissance et de transmettre par écrit, les observations possibles. Une méthode qui a donné du temps pour dépouiller chacune des contributions reçues.

 Samedi dernier, sur les hauteurs de Yaoundé, 98 délégués sur les 105 attendus (cinq absents dont trois décès) ont assisté à l’assemblée générale extraordinaire d’adoption des statuts et code électoral de la Fécafoot. Ainsi, d’après les amendements, on passe de 72 à 92 délégués en assemblée générale. Plus de place est accordée au football amateur. Ainsi, au lieu de 30 délégués venus des régions, on en aura désormais 50. Soit une augmentation de deux délégués par région. C’est d’ailleurs l’une des modifications majeures de ces textes puisque désormais, ce même football amateur compte 14 sur 18 membres au Comité exécutif. Décisions prises non seulement pour exaucer le vœu des délégués de cette catégorie mais également pour « tenir compte du principe démocratique affirmé par la Fifa et la Caf repris à l’article 23 alinéa du présent projet suivant lequel le nombre total des voix allouées à l’une des catégories de membres ne devra pas excéder 50% du nombre total de voix exprimables à l’assemblée générale dans son ensemble ».

De façon globale, les délégués voulaient comprendre, avoir plus de place mais surtout se faire entendre. C’est donc 19 observations qui ont été faites sur les projets de statuts (109 articles) contre seulement deux pour le Code électoral (94 articles). Sur l’article 2 alinéa 2 des statuts, entendu que les subventions sont allouées par le ministère des Finances, il est « logique qu’il puisse contrôler l’utilisation de cette subvention ». Concernant l’article 21 alinéa 1, la plupart des observations reçues par le Comité de normalisation suggèrent d’exclure « le secrétariat général, les commissions permanentes et l’organe chargé de l’octroi des licences aux clubs au motif qu’il s’agit des structures administratives de fonctionnement de la Fécafoot », peut-on entendre dire. Mais « les statuts- standards de la Fifa incluent le secrétariat général et les commissions permanentes et ad hoc dans la liste des organes des fédérations nationales (…). Il n’y a donc pas lieu de les exclure », lit-on dans un document de synthèse de l’AG. L’âge du candidat, évoqué à l’article 45 alinéa 1 sera maintenu à 40 ans. Simplement parce que « le poste de président de la Fécafoot requiert une certaine maturité et que l’âge pour être sénateur est de 40 ans », justifie-t-on.

Depuis samedi dernier, un autre jour a commencé à la Fécafoot. C’est le temps des élections. Le Comité de normalisation s’est constitué en Commission électorale et devra dérouler son chronogramme. D’ailleurs, du 1er au 30 septembre, les assemblées des ligues départementales et régionales prendront le relais pour l’adoption de leurs statuts. Un processus qui sera suivi des élections  dans  lesdites ligues entre le 1er octobre et le 5 novembre. Entendu que l’élection du président de la Fécafoot est prévue entre le 10 et 29 novembre.

Source : © Cameroon Tribune

Par Angèle BEPEDE

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz