Cameroun – FECAFOOT : Joseph Owona annonce l’interruption du processus électoral – 21/02/2015

Joseph Owona, président du Comité de normalisation de la Fédération nationale de la discipline (FECAFOOT). | Photo d'archives
Joseph Owona, président du Comité de normalisation de la Fédération nationale de la discipline (FECAFOOT). | Photo d’archives

Le président du Comité de normalisation de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT), Joseph Owona, a prononcé, samedi, l’interruption du processus électoral fédéral ainsi que l’annulation de l’assemblée générale élective initialement prévue le 25 février prochain.

Dans un communiqué, il explique cette interruption par les récentes décisions du Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne, en Suisse, qui jeudi dernier, a confirmé les sentences rendues par la Chambre de conciliation et d’arbitrage (CCA) du Comité national olympique sportif du Cameroun (CNOSC), annulant les résolutions ayant adopté les statuts et le code électoral de la FECAFOOT en 2013.

A la suite de ce rebondissement, le Comité de normalisation indique avoir saisi la Fédération internationale de football association (FIFA «pour conduite à tenir», dont les directives «seront publiées aussitôt reçues».

Jeudi dernier, le TAS a débouté ledit Comité de son appel à la suite de l’annulation, le 30 mars 2014, par la Chambre de conciliation et d’arbitrage du CNOSC, de l’assemblée générale du 23 août 2014, qualifiée d’«illégitime» par certains administrateurs fédéraux, et qui avait adopté les nouveaux statuts de la FECAFOOT dont les résolutions devaient, entre autres, permettre de constituer le collège électoral des élections interrompues.

Selon les adversaires du Comité de normalisation, il s’agit désormais de réunir une assemblée générale consensuelle et légitime, adopter de nouveaux statuts conformes à la législation avant de reprendre le processus électoral depuis les départements du pays dans un esprit de transparence démocratique.

C’est donc un nouveau bras de fer qui est à redouter entre la FIFA et le TAS, la première citée ayant, dans une correspondance adressée le 31 mai 2013 au secrétaire général de la FECAFOOT, rappelé notamment que «ses statuts exigent que les associations membres gèrent leurs affaires de façon indépendante, faute de quoi elles sont passibles de sanctions».

Au moment où l’assemblée générale élective de la FECAFOOT est ainsi renvoyée sine die, seules les candidatures du secrétaire général sortant, Tombi à Roko Sidiki et du directeur technique national adjoint, Atah Robert Bahazah, avaient été retenues pour la course pour la tête de l’exécutif fédéral, alors que les dossiers de Brigitte Mebande, Robert Penne, Joseph Antoine Bell et Jules Frédéric Nyonghaont été recalés pour non-conformité.

© CamerPost avec © APA