Cameroun – Extrême-nord : trois millions de personnes exposées à la sous-alimentation – 17/10/2014

La région de l’Extrême-nord du Cameroun est la plus touchée par la sous alimentation. Ce constat a été posé par le Ministre de l’Elevage des Pêches et des Industries Animales(MINEPIA), le Docteur Taïga.

Personnes souffrants de sous-alimentation. Photo d'archives
Personnes souffrants de sous-alimentation. Photo d’archives

Le Directeur Général de l’Organisation des Nations Unis pour l’Alimentation et l’Agriculture(FAO) a décerné en juin 2013, un diplôme d’excellence au Cameroun. De l’avis du docteur Taïga, « notre pays a atteint la cible de l’objectif du millénaire pour le développement N°1 a savoir : éliminer l’extrême pauvreté et la faim avant l’échéance 2015 ». C’est ce qui justifie cette  distinction. Malgré cette performance, le Ministre a avoué à la presse qu’environ 15% de la population Camerounaise soit environ 3 millions de personnes, sont encore exposées à la sous alimentation, principalement dans la région de l’Extrême-nord. La célébration de la journée de l’alimentation le 16 octobre 2014 a servi de prétexte à cette sortie du Ministre de l’Elevage des Pêches et des Industries Animales.

La région de l’Extrême-nord, d’après les chiffres de l’UNICEF est fortement touchée par le phénomène. La cible particulièrement vulnérable est celle des enfants âgés de moins de 6 ans. Dans cette région 42% d’enfants sont victimes de malnutrition chronique. La malnutrition aigüe quant à elle touche 8,6% des enfants de cette région. Cette situation alarmante inquiète le gouvernement et les partenaires au développement. C’est pourquoi l’UNICEF a mis en œuvre un projet d’interventions intégrées dans la région de l’Extrême-nord. Le projet financé par le gouvernement Japonais, propose entre autres actions, la formation du personnel sanitaire au nouveau protocole de prise en charge de la malnutrition aigüe ; l’approvisionnement des centres de santé en intrants et médicaments d’urgence. Ce projet prévoit en outre, la formation de 900 agents de santé communautaire.

© Camer Post – Hakim ABDELKADER

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz