Cameroun – Kolofata : Des réfugiés nigérians refoulés après l’attentat-suicide de vendredi

Photo prise le 26 janvier 2015 du camp de l’ONU à Baga Sola, près du lac Tchad, accueillant de refugiés ayant fui l'offensive de Boko Haram contre la ville nigériane de Baga | © AFP/Archives / Sia Kambou
Photo prise le 26 janvier 2015 du camp de l’ONU à Baga Sola, près du lac Tchad, accueillant de refugiés ayant fui l’offensive de Boko Haram contre la ville nigériane de Baga | © AFP/Archives / Sia Kambou

1200 déplacés nigérians ont été raccompagnés à la frontière après l’attentat kamikaze qui a fait huit morts et 22 blessés à Kolofata vendredi.

Cinq camions ont été réquisitionnés vendredi par les autorités camerounaises. 1274 déplacés nigérians, réfugiés depuis peu à Kolofata, y ont été entassés, puis reconduits à Boukoulla à la frontière. C’est la première mesure prise par les autorités après que, ce matin-là, une petite fille s’est fait exploser dans une maison de Kolofata. La kamikaze, s’est introduite au milieu de personnes réunies pour des funérailles. Elle a actionné sa charge et a tué cinq personnes. 22 personnes ont été blessées. La complice qui l’accompagnait n’a pas eu le temps de faire un pareil carnage. Un membre du comité de vigilance de Kolofata l’a démasquée avant. Il a alerté ses collègues et ensemble ils ont pourchassé la candidate au suicide. La jeune femme se sentant traquée, s’est fait exploser à son tour à l’écart des habitations. Elle n’a fait aucune autre victime en dehors d’elle-même.

Dans le département du Mayo Sava, la tension est très vive depuis la fin du mois de novembre dernier. Des centaines de Nigérians accourent s’y réfugier. Ils fuient les combats qui sont de plus en plus âpres entre les insurgés de Boko Haram et les militaires nigérians et camerounais des opérations Alpha et Lafiya Dolle. Les “flèches” que cette coalition tacite lance permettent aux populations restées dans des fiefs de Boko Haram de s’enfuir. Plus de1000 personnes se sont réfugiées à Mémé. Près de 600 autres à Kangaleri, 1000 autres à Amchide et Limani. Beaucoup, se cachent loin des agglomérations.

Leur afflux massif créé un surcroit d’insécurité. Les autorités camerounaises redoutent que parmi eux ne se dissimulent des combattants de Boko Haram. « Certes, parmi eux il y a beaucoup de femmes, des enfants et des vieillards, mais il y a aussi des jeunes gaillards au crâne rasé et au regard fuyant. Ils sont louches et nous ne pouvons pas prendre le risque de les garder », a confié une autorité. Le Mayo Sava est depuis des mois dans le collimateur de dizaines de candidats au suicide envoyés par Boko Haram.

Source : © Le Jour

Par Aziz Salatou

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Cameroun – Kolofata : Des réfugiés nigérians refoulés après l’attentat-suicide de vendredi"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Appolinaire Mimbe

Ça vaut le coup…

wpDiscuz