Cameroun – Evictions forcées : 1000 familles de Pk 14 à Pk 17 réclament leur recasement

Cameroun – Evictions forcées : 1000 familles de Pk 14 à Pk 17 réclament leur recasement

Ils sont au total 1000 familles qui ont été contraintes à quitter leurs domiciles alors détruits par les Caterpillar voilà 7 ans aujourd’hui. Victimes d’évictions forcées au lieu-dit Pk 14 à Pk 17 à Douala, capitale économique du Cameroun, ces citoyens n’ont toujours pas été indemnisés ni recasés. CAMERPOST a donné la parole à ces Camerounais réunis au sein d’une association.

L’Université de Douala et les autorités administratives du Wouri au banc des accusés

D’après Jean Baptiste Bontsebe, président du Groupement de défense des intérêts socio-économiques et différends individuels et fonciers des habitants Pk 14, Pk 15, Pk 16, Pk 17 « L’université de Douala et les autorités administratives du Wouri refusent de respecter la décision du Premier Ministre. Laquelle ordonnait au principal responsable des évictions forcées à l’instar de l’Université de Douala, de nous indemniser et de nous recaser ». Il enchaîne : « nos maisons ont été détruites en 2010 et sept ans après nous continuons à réclamer justice. Nous demandons aux mis en cause de nous restituer nos terres ».

Les plaignants se disent victimes de la « monstrueuse expulsion forcée du 22 février au 10 mars 2010 par l’Université de Douala ». Ils estiment avoir été sauvagement chassés de leurs maisons par l’Université de Douala aidée par les autorités administratives du Wouri. Avec comme conséquences à ce jour : « 1000 familles (et donc 10 000 personnes) non indemnisées ni recasées ; Plus de 1500 enfants victimes d’un retard académique ; plus de 2000 vieillards souffrant de pertes de repères ; Plus de 67 tombes profanées ; plusieurs habitants décédés ; plusieurs exploitations agricoles et élevages détruits », soutient Jean-Baptiste Bontsebe, porte-parole du Groupement de défense des intérêts socio-économiques et différends individuels et fonciers de Pk14-17.

Des tombes profanées lors des évictions forcées

Ses compères et lui sont déterminés à poursuivre le combat concernant l’indemnisation et le recasement de la totalité des victimes chassées de Pk14-17 ; la délimitation des titres fonciers N°4011/W et 40212/W établis au profit de l’Université de Douala le 15 avril 2009; l’indemnisation des 67 familles dont les tombes des parents ont été profanées au cours des évictions forcées.

© CAMERPOST – Toute reproduction interdite

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz