Cameroun : Les évêques pour l’application de la loi sur la déclaration des biens

Les évêques pour l'application de la loi sur la déclaration des biens | DR
Les évêques pour l’application de la loi sur la déclaration des biens | DR

Les évêques du Cameroun demandent l’application ‘’intégrale’’ de la Constitution, notamment l’article 66 qui enjoint aux personnalités occupant des fonctions politiques et administratives de haut rang de déclarer leurs biens au début et à la fin de leur mandat.

Réunis à Batouri dans la région de l’Est dans le cadre de leur séminaire annuel, les prélats rassemblés au sein de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun (CENC), demandent, selon une déclaration rendue publique à cette occasion, ‘’que la Constitution soit intégralement appliquée, en l’occurrence, l’article 66 sur la déclaration des biens”.

Cette disposition, soulignent-ils, pourrait ‘’aider la promotion de la bonne gouvernance dans notre pays, à travers une lutte accrue contre la corruption et les détournements des deniers publics ‘’.

Les évêques, note la déclaration, lient ‘’la pauvreté de la majorité des Camerounais à la mal gouvernance”, en l’occurrence, les détournements des deniers publics et la corruption. Ainsi, ils appellent les gouvernants au respect de la loi fondamentale.

Vingt ans après l’adoption de la nouvelle Constitution au Cameroun, son application reste partielle car en plus de la déclaration des biens qui n’est pas appliquée, d’autres institutions prévue par cette loi, entre autres, la création d’un Conseil constitutionnel et des conseils régionaux reste attendue.

L’article 66 de la Constitution fait obligation aux Camerounais qui briguent certaines postes de responsabilités politiques et dans la haute administration, entre autres, le Président de la République, les parlementaires, les magistrats municipaux, les ministres, les secrétaires généraux des ministères, de déclarer leurs biens quand ils entament et quand ils quittent leurs fonctions.

© CAMERPOST avec © APA