Cameroun – Epreuves physiques : Attention aux accidents !

Attention aux accidents aux àpreuves physiques | Illustration/DR
Attention aux accidents aux àpreuves physiques | Illustration/DR

Le nombre d’incidents parfois tragiques relevés au cours des épreuves physiques au sein des établissements scolaires questionne la qualité des infrastructures destinées aux activités sportives.   Au fil des ans, cette problématique constitue de réels soucis pour les responsables éducatifs. Tant en zone urbaine qu’en milieu rural, la qualité des infrastructures et leur équipement posent un problème, non seulement pour l’enseignement de l’éducation physique et sportive, mais aussi pour la conduite de certaines épreuves physiques obligatoires aux examens.

Cette préoccupation se pose encore avec plus d’acuité aujourd’hui depuis que l’épreuve du sport a été revalorisée en formation continue et aux examens officiels par un arrêté du Premier ministre depuis le 10 septembre 2012. Depuis cette décision, le sport fait partie intégrante des épreuves aux examens et son coefficient a connu un relèvement d’un point. L’enseignement de l’éducation physique et sportive est désormais obligatoire dans tous les ordres d’enseignements maternel, primaire, normal et secondaire et l’’épreuve d’éducation physique et sportive est obligatoire aux examens officiels.

 Mais force est de constater que l’enseignement des disciplines sportives et la conduite des épreuves physiques et sportives sont en butte à des problématiques infrastructurelles. Les disciplines comme la gymnastique au sol ou le saut en longueur requièrent des aménagements adéquats que ne disposent pas toujours la plupart des établissements scolaires. On se rappelle de la fin tragique pour une jeune élève du lycée de Bangoua (Ouest) le 21 avril 2015 lors des épreuves physiques de la session du Bepc.

Un incident similaire est survenu trois ans plus tôt au lycée de Foumbot le 24 avril 2012 en plein déroulement des épreuves physiques et sportives pour le Bac. Des cas de fractures et des blessures graves ou légères sont certainement innombrables. Cette question de la protection des candidats aux différentes épreuves physiques et sportives interpelle au premier chef les responsables éducatifs qui doivent veiller sur la qualité des infrastructures afin de limiter les drames. L’insuffisance du suivi médical des élèves est aussi fortement décriée malgré l’existence des cellules médicales dans les services déconcentrés éducatifs.

Mais, il ne faut pas oublier qu’aujourd’hui, l’absence même d’espace destiné aux aires de jeu est la principale conjoncture pour bon nombre d’établissements scolaires en zone urbaine. En ville, la forte pression sur l’espace réduit de plus en plus les espaces réservés aux activités sportives. Certaines écoles squattent de petites portions parfois non aménagées pour entraîner leurs élèves. D’autres occupent littéralement les emprises de la voie publique.

Source : © Cameroon Tribune

Par Grégoire DJARMAILA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz