Cameroun : les entreprises refusent de payer le manque à gagner des recettes douanières

Le Groupement inter patronal du Cameroun (GICAM) a mis en garde le gouvernement contre toute tentative de faire payer, aux entreprises, le manque à gagner des recettes douanières découlant de l’application de l’accord de partenariat économique (APE) conclu avec l’Union européenne (UE).

Le siège du GICAM | Archives/DR

Rendant compte des travaux d’une réunion de concertation y relative entre la direction générale des Douanes et les acteurs de la place portuaire, à laquelle elle a pris part il y a quelques jours dans la métropole économique, Douala, cette organisation constate que la mise en œuvre dudit Accord, «pour l’instant, ne fait ressortir qu’un impact perceptible du côté des recettes douanières» alors que, «pour les entreprises, un travail doit être fait afin d’en déterminer l’impact réel sur leurs activités».

«Ce n’est pas aux entreprises de supporter le manque à gagner des recettes des Douanes», a ainsi martelé le président du GICAM, Célestin Tawamba avant de relever que l’APE ayant prévu des mesures compensatoires en ce qui concerne les caisses de l’État, «l’on ne saurait parler en réalité de pertes des recettes des douanes».

Et de mettre en garde contre toute tentative d’«une quelconque augmentation ou instauration de taxes supplémentaires, à faire payer par les entreprises».

Cette controverse, note-t-on, intervient alors que vient d’entrer en vigueur la phase II de l’APE bilatéral entre le pays et l’UE, visant 920 produits principalement constitués d’équipements industriels et de matériels de transport, une démarche qui selon le gouvernement va permettre aux importateurs d’accéder plus facilement à des appareils industriels de qualité et à moindre coût.

La première période de ce démantèlement tarifaire, qui a couru du 4 août 2016 au 4 août 2017, a permis à 1344 déclarations, et 230 importateurs du pays de bénéficier de la préférence UE pendant cette période.

Mais elle s’est aussi, selon les données officielles, traduite par un manque à gagner sur les recettes douanières de l’ordre de 703 millions FCFA.

Le Cameroun, rappelle-t-on, a jusqu’ici fait cavalier seul dans son partenariat avec l’UE au sein de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEMAC).

Il s’est ainsi engagé à libéraliser 76,7% de ses lignes tarifaires, correspondant à 80% du volume des échanges dans les groupes 1 (24,88% des importations sur 4 ans), 2 (25,41% des importations pour 7 ans) et 3 (29,64% des importations sur 10 ans).

© CAMERPOST avec APA

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Cameroun : les entreprises refusent de payer le manque à gagner des recettes douanières"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
增达网

如果上天再给我一次机会,我会对你的博客说,下次还来看你!

wpDiscuz