Cameroun : Entrée en vigueur de l’Accord de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne (UE)

Entrée en vigueur de l’Accord de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne (UE) | Illustration/DR
Entrée en vigueur de l’Accord de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne (UE) | Illustration/DR

L’Accord de partenariat économique (APE) entre l’Union européenne (UE) et le Cameroun est entré en vigueur ce jeudi avec le démantèlement tarifaire, suite à la décision du président de la République Paul Biya ratifiant l’accord d’étape paraphé entre les deux parties en 2014.

La décision du gouvernement camerounais fixant les règles d’origine applicables aux produits importés de l’UE fait état d’une réduction de 25 pour cent par an sur quatre ans pour les produits du premier groupe.

En d’autres termes,  « aucun produit de ce groupe ne bénéficiera d’une exonération totale des droits de douane avant la fin de cette période ».

Le 1er groupe concerne notamment les produits pharmaceutiques, les engrais, les pesticides, les tourteaux, le papier journal, les livres, les brochures, les journaux, mais aussi les véhicules et matériels pour voie ferrée, les fauteuils roulants et autres véhicules pour invalides.

Le changement attendu de longue date ne devrait pas entraîner de bouleversements majeurs sur la place portuaire de Douala, rassure le gouvernement puisque pour l’importateur le déclarant doit mener plusieurs opérations, comme par le passé.

Selon l’administration douanière, « plusieurs droits et taxes sont prélevés à la douane, dont principalement la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA), le Droit de douane à l’importation (DDI), le droit d’accise et le précompte. Pour les APE, seul le DDI est concerné, les autres droits et taxes restant inchangés».

Par ailleurs, les divers coûts liés aux formalités avec d’autres acteurs de la place portuaire, entre autres, le Port autonome de Douala  (PAD), la Douala international terminal (DIT), la Société générale de surveillance (SGS), les acconiers, les consignataires ne sont pas concernés.

Toujours est-il qu’avec cette décision, le Cameroun dont l’économie est diversifiée par rapport aux pays de la sous-région qui dépendent essentiellement de la production du pétrole,  n’a pas appliqué à la lettre l’option prise par la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) de « reprendre à zéro », les négociations avec l’UE devant déboucher sur la signature d’un APE régional.

Par © CAMERPOST

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz