Cameroun – ENSET : 16 candidats à l’assaut d’un certificat de technicien en soudure

Une vue de l'Enset | DR
Une vue de l’Enset | DR

C’est une grande innovation au Cameroun. Bientôt sera sur le terrain la première cuvée de techniciens de soudure formés au Cameroun.

Depuis vendredi le 12 février 2016, 16 candidats sont face aux épreuves en vue de l’obtention d’un certificat qui sanctionne 12 mois de formation. L’examen se déroule à l’Ecole Normale Supérieure de l’Enseignement Technique (Enset), une grande école camerounaise de l’Université de Douala. Après une  année remplie faite de théorie et de pratique, les étudiants affrontent donc les épreuves qui portent entre autres sur les techniques d’automatisation, d’ajoutage, de procédés.

Cette première vague d’apprenants a bénéficié de l’expertise de la Thaïlande, un pays dont les compétences dans le domaine sont avérées et approuvées. En initiant une telle formation, l’Enset apporte une réponse aux besoins de l’heure au Cameroun. D’après les responsables : « dans la plupart de réalisations industrielles on a besoin de la technologie en soudure qui malheureusement  est absente au Cameroun. En mettant en place une telle formation, nous pensons que nous pourrons avoir les outils nécessaires au décollage économique qui va nous conduire à l’émergence à l’horizon 2035 ». L’autre avantage est que le Cameroun aura progressivement l’importation de la main d’œuvre dans le domaine.

Rappelons que le métier de soudeur s’exerce dans de très nombreux secteurs industriels tels que l’industrie et le transport naval, l’aéronautique, le transport ferroviaire, l’énergie, l’agroalimentaire, le chimique et pétrochimique, les ouvrages d’art, la maintenance, l’industrie agricole, le bâtiment…On trouve un soudeur partout où il est nécessaire de finaliser des assemblages qu’ils soient en acier, en acier inoxydable, en aluminium, en cuivre, en titane, en zirconium, etc. Les praticiens sont appelés à assembler des pièces métalliques soudées, chaudronnées ou de tuyauterie par le processus de la fusion. Ils parviennent à concevoir, grâce à différentes techniques de soudage, des objets qui peuvent être utilisés dans l’industrie. Le soudeur industriel assemble, par fusion ou par apport de métal, des éléments métalliques réalisés par les chaudronniers. C’est un professionnel de finitions qui doit connaître les métaux, savoir lire les documents techniques, découper des pièces métalliques, s’assurer de la perfection de la soudure en faisant preuve d’habileté manuelle et de conscience professionnelle.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa