Cameroun – Enseignements secondaires : encore une vague de proviseurs nommés

Ernest Ngallé Bibehé, Ministre camerounais des enseignements secondaires (MINESEC) | DR
Ernest Ngallé Bibehé, Ministre camerounais des enseignements secondaires (MINESEC) | DR

La nomination des chefs d’établissements ce samedi 20 août 2016 survient quelques jours après début des inscriptions des élèves. Une entorse dans le calendrier du Minesec.

Comme stipulés en date du 13 juillet 2016 dans une circulaire du ministre des enseignements secondaires relative à la préparation de la rentrée scolaire 2016/2017, le recrutement et les inscriptions ou paiement des frais exigibles ont démarré le 15 août dernier. Une instruction qui a été appliquée par certains chefs d’établissements sur le triangle national en général et à Douala en particulier. Ceci avec la peur au ventre et soucieux de savoir si oui ou non, ils seront maintenus au même poste dès les nominations « attendues avant le 15 août dernier », ont avancé quelques-uns sous cape. Ces derniers ont soulevé plusieurs interrogations une fois la tombée des nominations samedi le 20 août 2016. « Pourquoi avoir attendu aussi longtemps pour se prononcer ? Pourquoi le ministre a-t-il voulu que les inscriptions démarrent le 15 août avec les anciens et mêmes proviseurs alors que les nominations n’étaient pas encore effectives ? Qu’en sera-t-il des élèves recrutés dans des établissements où les proviseurs ont été changés ? Il aurait dû demander que les inscriptions aient lieu plutôt en juillet dernier », estiment certains proviseurs joints au téléphone.

Toutefois, des observateurs avertis justifient l’imprévisibilité du Ministre des Enseignements secondaires par deux raisons. « Jean Ernest Ngalle Bibehe avait annoncé au cours d’une cérémonie au Lycée de Nkolbisson à Yaoundé qu’il est contre des chefs d’établissements qui ont des titres fonciers (allusion aux responsables des établissements inamovibles et qui accumulent plus de 10 ans à leur fonction) », révèlent ces compatriotes qui renchérissent : « l’autre motif qui explique les nominations tardives serait le démantèlement des réseaux qui marchandent les postes de proviseurs. Ce sont ces enseignants qui versent de l’argent pour se faire nommer. Semble-t-il que le ministre aurait sollicité un cabinet pour des propositions avant nomination ».

Une autre catégorie de Camerounais est pour l’heure en train de voir si ces nominations des chefs d’établissements secondaires indiquent si les trafics financiers antérieurs vont disparaître. « De nombreux proviseurs totalisent plus d’une décennie à la tête des lycées bien lotis, beaucoup travaillent dans leurs villages d’origine et font plus de politique que de pédagogie. De nombreux autres délégués sont atteints par l’âge de départ à la retraite et leurs agissements sont nocifs pour le service public. Il est question pour nous de revenir sur la liste des 1000 retraités publiée dans le site du Minesec. Nous y reviendrons », certifient ces acteurs du monde éducatif qui ne manquent pas de saluer les sorties de Jean Ernest Ngalle Bibehe. Il semble que cette vague de nomination concerne particulièrement les proviseurs qui assuraient l’intérim. Et que le gros contingent demeure attendu.

Source : © La Nouvelle Expression

Par Linda Mbiapa, stg

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Cameroun – Enseignements secondaires : encore une vague de proviseurs nommés"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Guy Landry Echemot

Ce ministre est pou moi un gros blagueur. Il gesticule énormément

Hervé Duplex Batchoubatchou

Il a toujours des proviseur a 13 ans au même lycée faire chier

wpDiscuz