Cameroun – Enseignement catholique : Mouvement d’humeur des maîtres et maîtresses dans l’archidiocèse de Douala

Les enseignants crient leur colère | © CAMERPOST/JN
Les enseignants crient leur colère | © CAMERPOST/JN

Ils ont observé un sit-in hier à l’archevêché de Douala pour revendiquer l’amélioration de leurs conditions de travail et d’existence.

Premier dans les résultats, derniers dans les salaires ; trop c’est trop ; voilà quelques récriminations qu’on pouvait lire sur les pancartes que brandissaient les maîtres et maîtresses des écoles catholiques maternelles et primaires de l’Archidiocèse de Douala. Ce 11 novembre 2015, ils ont abandonné salles de classes et élèves pour manifester leur ras-le-bol face à ce qu’ils considèrent comme de l’injustice. A travers des chants et des coups de sifflets, une centaine de maîtres et maîtresses en colère, certains vêtus de blouses blanches ont fait entendre leurs voix, bravant le soleil et la distance. Le long chapelet de plaintes qu’ils ont égrené fait ressortir un certain nombre d’exigences, qui tournent toutes autour de l’amélioration de leurs conditions de vies. « Nous sommes fatigués par cette situation, cette injustice qui perdure depuis des années. Trop c’est trop », a souligné un manifestant. De l’avis de certains enseignants grévistes, la situation est tout simplement catastrophique.

« Les maitres catholiques sont très mal traités. Pas d’assurance maladie, pas de primes, pas de profil de carrière. Et pour couronner le tout nous avons des salaires minables », a indiqué Marie, une maîtresse. Selon cette dernière, certains maîtres et maîtresses perçoivent le même salaire depuis près de 30 ans. Les salaires restent fixes quelle que soit l’ancienneté. A en croire les grévistes, les salaires des maîtres oscillent entre 20 000FCFA à 80 000FCFA quelle que soit le niveau d’étude ou l’ancienneté. Pire encore, les maîtres s’offusquent de la mesure d’interdiction des cours de répétition dans les écoles catholiques de l’archidiocèse de Douala prise par Mgr Samuel Kleda. « Non seulement nous avons des salaires insignifiants, en plus on nous interdit de faire les répétitions. Or ce sont ces répétitions-là qui nous permettaient d’arrondir les fins du mois. Maintenant qu’on nous défend de le faire, on va vivre comment ? », A déclaré indigner Paul T, un enseignant.

L’archevêque de Douala qui se trouvait Bafang où il prenait part à la rencontre des évêques de la province ecclésiastique de Douala a regagné la capitale économique le mercredi en fin d’après-midi. Ce dernier que les manifestants attendaient de pied ferme a été accueilli par des sifflets et des chants. Un retour qui a donné lieu au début des négociations avec les enseignants grévistes.

© CAMERPOST par Joyce Nzoukou (Stagiaire)

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Cameroun – Enseignement catholique : Mouvement d’humeur des maîtres et maîtresses dans l’archidiocèse de Douala"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Melanie Eyok-Mbog Nyobe

Honteux ! Il me semble que le Christ a dit “l’ouvrier mérite son salaire”..

wpDiscuz