Cameroun – Emploi : des structures de formation en marge des normes prescrites par le Minefop

Cameroun – Emploi : des structures de formation en marge des normes prescrites par le Minefop

Au sortir des visites d’inspection dans les structures de formation de la région du Littoral, initiées par des inspecteurs nationaux et régionaux, plusieurs constats ont été faits et qui plombent la qualité des enseignements dispensés dans des centres de la ville de Douala en particulier et de la région du Littoral en général. Les détails avec CAMERPOST.

Non utilisation des outils de planification pédagogiques

Sur les structures visitées dans la capitale économique, Menong Nkembe, conseiller régional de formation pour le Littoral note : « nous déplorons le fait qu’il y a beaucoup de confusions entre les enseignements professionnels et les enseignements techniques. C’est ce dont nous avons relevé, surtout au niveau de la planification des formations ». Il ajoute que beaucoup de formateurs ne respectent pas les statistiques de 80% de pratique et 20% de théorie. Cela ajouté au fait que certains centres n’utilisent pas les outils de planification pédagogiques à savoir des logigrammes, des chronogrammes, des fiches de préparation des leçons, etc.

En outre, l’interlocuteur enchaîne : « nous avons relevé que la majorité des centres de formation n’utilisent pas non plus les référentiels de formation que nous avons élaborés.  Nous leur avons donc prodigué des conseils et nous allons revenir nous-mêmes, nous, inspecteurs et conseillers régionaux pour évaluer l’action qui vient d’être menée. De sorte que nos apprenants sortis des centres de formation soient suffisamment équilibrés. C’est de ça que viendront les compétences, les personnes ressources que nous voulons au Cameroun ».

Sensibiliser et mettre en garde contre les sanctions et fermetures

En guise d’éléments positifs, la mission descendue sur le terrain se réjouit de l’existence et de la bonne qualité des plateaux techniques ainsi que du bon profil des formateurs. Ces inspections se font comme le veut le Ministère de l’Emploi et de la formation professionnelle (Minefop) chargé de l’élaboration de la politique de l’emploi et de la formation professionnelle ; des études sur l’évolution de l’emploi et du marché du travail ; des études sur l’évolution des qualifications des emplois ; de la promotion de l’emploi ; de la définition des programmes de formation et d’insertion professionnelle en liaison avec les Administrations et Organismes concernés ; de la définition des normes d’organisation des systèmes d’apprentissage et de qualification professionnelle et du contrôle de leur application.

Pour sa part, Moïse Evan, inspecteur des formations au Ministère de l’emploi et de la formation professionnelle (Minefop) explique au-delà des dérives, qu’il a davantage été question de vérifier la qualité de la formation dans les différentes structures, vérifier le profil des apprenants, vérifier le niveau de la pédagogie, la mise en œuvre par compétence  « car il y a le modèle que le Minefop a choisi pour la formation des apprenants. On vérifie aussi la qualité du plateau technique puisque ceux qui sont formés dans la région doivent avoir un lien avec les besoins du milieu économique. Il faut donc se rassurer des outils qui accompagnent la formation. Si tout cela n’est pas fait, nous serons en déphasage total avec les besoins de l’heure. Ceux qui sont formés sont censés travailler demain ». D’après lui, le contrôle est fait avant, pendant et en fin d’année de formation.

© CAMERPOST avec APA