Cameroun – Elections à la Ligue de football : Franck Happi défend sa « cause »

Franck Happi défend sa « cause » | Photo d'illustration
Franck Happi défend sa « cause » | Photo d’illustration

Le candidat a déroulé son programme face à la presse le week-end dernier à Yaoundé.

Il y avait un mélange d’assurance et d’imprécision dans son propos. Mais aussi de la colère, du doute et de l’espoir. Vendredi dernier, Franck Happi, président de l’Union sportive de Douala et candidat au poste de président de la Ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC), a présenté son programme. Face à la presse, il a déroulé le contenu de « Notre cause…Votre cause », son dossier de campagne pour l’élection de jeudi 28 juillet prochain, autour de cinq grands champs  (administration, compétitions, clubs, joueurs et arbitrage). L’occasion pour Franck Happi de dénoncer les « abus ». Du coup, tir direct sur son adversaire : « On ne peut pas gérer une transition et organiser une élection. Là est la première violation des textes de mon adversaire », martèle-t-il. En plus, « à une semaine de l’élection, ni les convocations n’ont été transmises, ni les documents que nous devons examiner », constate-t-il.

Pour mettre le footballeur et les promoteurs au centre du jeu, lutter contre la corruption, il pense avoir la solution. « Le financement de notre Ligue et son autonomie financière ne passeront pas par les subventions de la Fecafoot et/ou de l’Etat, mais par l’équité de la compétition et la qualité de l’arbitrage (…) ». Ancien consultant sur Super Sport, Franck Happi compte faire revenir la chaîne au Cameroun pour diffuser les rencontres. Il pense avoir une mine financière à travers les services à valeur ajoutée sur les mobiles et pari-sportifs. Question de journaliste : combien va rapporter l’affaire ? Réponse balbutiée de Franck Happi : « C’est une présentation sommaire, des pistes que l’on vous donne ». En tout cas, ce dernier promet en cas d’élection, de désormais reverser 25 millions par club de Ligue 1 et 15 millions en Ligue 2. Le tout pour un budget de 1, 890 milliard par an.

Source : © Cameroon Tribune

Par Angèle BEPEDE