Cameroun : Elecam publie son rapport sur le double scrutin du 30 septembre 2013 – 08/05/2014

Publié conformément aux dispositions de l’article 26 de la loi portant Code électoral, le document bilingue de 608 pages fait le point sur toutes les phases du déroulement du processus électoral.

Siège d'Elecam à Yaoundé.
Siège d’Elecam à Yaoundé.

« Le double scrutin s’est déroulé dans de très bonnes conditions. » La phrase a été lâchée mercredi au début du propos liminaire d’Erik Essoussè. Le directeur général adjoint des Elections procédait à la présentation publique du rapport général sur le déroulement du double scrutin législatif et municipal du 30 septembre 2013. On part ainsi des dispositions préparatoires à la tenue des scrutins et à la publication des résultats, en passant par la refonte biométrique des listes électorales, la constitution et la consolidation du fichier électoral, le financement, l’acquisition du matériel … Si le déroulement de certaines de ces opérations est déjà plus ou moins connu de l’opinion, on apprend, à la lecture du document que, pour ce qui est de l’acquisition du matériel électoral et la gestion desdits scrutins, le ministère des Finances a débloqué 12 milliards de F pour le compte d’Elecam. « L’organisation des élections au Cameroun est une question de souveraineté », s’est félicité le directeur général adjoint des Elections. Un chiffre qui ne prend pas en compte l’acquisition des urnes supplémentaires, soit 20 000, et des intrants sous forme de papier et autres consommables.

De façon globale, le rapport se présente en deux parties : une littéraire et l’autre statistique. La partie littéraire est consacrée aux aspects liés aux dispositions préparatoires à la tenue des élections, au déroulement de la refonte biométrique des listes électorales qui a été lancée le 2 octobre 2012, au processus lié au financement des élections… Ces opérations, indique le rapport, ont commencé longtemps avant même la convocation du corps électoral par le président de la République intervenue le 2 juillet 2013. Dans le rapport, des spécimens de cas d’inscriptions frauduleuses concernant pour l’essentiel des personnes n’ayant pas atteint la majorité électorale et des cas de doublons détectés et supprimés sont présentés. Pour ce qui est de la partie statistique, le lecteur a une idée de ce qu’est le fichier électoral consolidé, le détail des résultats enregistrés par parti politique, par scrutin, par circonscription et par région, le nombre d’urnes utilisées sur l’ensemble du territoire et la répartition par région. On peut aussi y découvrir que 74 recours ont été enregistrés dans le cadre du contentieux pré-électoral des législatives contre 267 aux municipales.

En ce qui concerne le contentieux post-électoral, 41 requêtes ont été enregistrées dans le cadre des législatives et 121 aux municipales. Pour ce qui est de la distribution des cartes d’électeurs, l’Extrême-Nord arrive en tête avec 98% des 973 115 cartes produites et distribuées. De façon globale, Elecam se félicite du déroulement général des élections. Il est néanmoins recommandé la réhabilitation de la loi n°2006/011 du 29 décembre 2006 portant création, organisation et fonctionnement d’Elecam qui a été abrogée par la loi portant Code électoral. De même qu’il est demandé l’adaptation des dispositions de cette loi aux exigences de la technologie biométrique, le réaménagement de la composition et les attributions des commissions électorales mixtes. Le rapport recommande, en outre, de proscrire la refonte des listes en année électorale.

Source : Cameroon Tribune

Par Jean Francis BELIBI