Cameroun – Eglise évangélique : les divisions continuent à Douala

Cameroun – Eglise évangélique : les divisions continuent à Douala

Au moment où 500 pasteurs de l’Eglise évangélique du Cameroun (Eec) ont organisé une pastorale nationale ce mercredi 21 juin 2017 dans la ville de Douala, plusieurs chrétiens ont manifesté leur mécontentement et perturbé la rencontre des pasteurs qui prient pour la paix. Evocation avec CAMERPOST.

Agitation au Temple du centenaire

« Non à la marchandisation de l’Eglise », « pasteurs voleurs, foutez le camp », « Batomé et Macon Lucifers de l’Eec », « Batomé et Makon. Redressez le Collège Alfred Saker avant de partir », « Sauvons nos âmes en sauvant notre Eglise ». Tels sont messages écrits sur des pancartes brandies par les manifestants à Douala. Ils ont exprimé leur mécontentement sous le regard des éléments de police et de gendarmerie qui ont veillé à ce que les fidèles soient éloignés du temple où a eu lieu la pastorale des pasteurs qui appellent à la paix.

Une manifestation de plus qui démontre que les turbulences continuent depuis l’élection du nouveau bureau de l’Eec en avril 2017, conduit par le Révérend pasteur Jean Samuel Hendje Toya. Une élection au sortir de laquelle le Ngondo et les pasteurs Sawa ont annoncé un schisme du peuple Sawa de l’Eglise évangélique du Cameroun. Les membres prévoient même de fermer les temples et autres édifices qui appartiennent aux Sawa, disent-ils.

Le président sortant de l’Eec au banc des accusés

Tout va donc très mal à l’Eglise évangélique du Cameroun depuis l’élection du nouveau pasteur Jean Samuel Hendje Toya. En remplacement du Révérend Pasteur Batomen Henga Isaac. Alors qu’on croyait au respect du principe de rotation, voulant que ce soit un Sawa qui prenne les rênes, ce qui a été fait, nous constatons, curieusement une crise à nulle autre pareille. Une crise alimentée par le Ngondo qui appelle à une grève pacifique dans les églises de l’Eec. Demandant alors aux chrétiens de se vêtir en noir pour contester le nouveau bureau général élu.

D’après cette partie, « en tournant obstinément le dos aux valeurs qui fondent l’église et qui ont pour noms équité, probité morale, respect des composants sociologiques, respect de la parole donné et du consensus, etc…, la direction sortante  a pris la très lourde et coûteuse responsabilité d’imposer ses propres vues », peut-on lire dans une déclaration du Ngondo qui indique : « le Ngondo et les pasteurs Sawa en exprimant leur totale désapprobation  sont en état de révolte ». Voilà pourquoi, solennellement et pleinement conscients de leurs devoirs face à l’histoire, soutiennent-ils, « le Ngondo et les pasteurs annoncent le schisme du peuple Sawa de l’Eglise évangélique du Cameroun ».

© CAMERPOST – Toute reproduction interdite

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz