Cameroun – Economie numérique : L’ANTIC va en guerre contre la cybercriminalité

Dr. EBOT EBOT ENAW, Directeur Général de l’ANTIC | DR
Dr. EBOT EBOT ENAW, Directeur Général de l’ANTIC | DR

Les 1er et 2 mars 2016, se tient à Douala un atelier sur l’enjeu de la cybersécurité dans le développement de l’économie numérique au Cameroun. L’objectif est de présenter l’apport incontournable de la cybersécurité dans le développement de l’économie numérique et les effets néfastes de la cybercriminalité sur cette économie.

L’Agence nationale des technologies de l’information et de la communication (Antic) est donc à l’œuvre dans la cité économique. Surtout que les Technologies de l’Information et de la Communication (Tic) sont définitivement rentrées dans les habitudes. Elles continuent à se développer de manière exponentielle et irréversible, en induisant une nouvelle civilisation qui a pour socle l’économie dite numérique.

Dans ses efforts d’édification de la société de l’information inclusive, le Cameroun grâce aux Tic, a enregistré au cours de ces dernières années, des performances de plus en plus croissantes qui font foi de ce que les Tic ont véritablement révolutionné la vie quotidienne des populations. Cependant, force est de souligner que ces technologies ne présentent pas que des aspects positifs ; elles s’accompagnent également des infractions et crimes de toutes sortes comme la cybercriminalité, terme employé pour désigner l’ensemble des infractions pénales qui sont commises via les réseaux informatiques, notamment, sur le réseau Internet, qui désigne à la fois les atteintes aux biens et aux personnes.

Les atteintes aux biens, renvoient à la fraude des cartes bancaires, la vente par petites annonces ou aux enchères d’objets volés ou contrefaits, l’encaissement d’un paiement sans livraison de la marchandise ou autres escroqueries en tout genre, le piratage d’ordinateur, la gravure pour soi ou pour autrui de musiques, films ou logiciels, etc. Les atteintes aux personnes, se réfèrent à la diffusion d’images pédophiles, à la diffusion auprès des enfants de photographies à caractère pornographique ou violent, de méthodes de suicide, de recettes d’explosifs ou d’injures à caractère racial, d’atteinte à la vie privée, etc.

Selon la Commission européenne, le terme “cybercriminalité” englobe trois catégories d’activités criminelles : les formes traditionnelles de criminalité, telles que la fraude et la falsification informatiques (escroqueries, fausses cartes de paiement, etc.)  La diffusion de contenus illicites par voie électronique (par exemple, ceux ayant trait à la violence sexuelle exercée contre des enfants ou à l’incitation à la haine raciale). Les infractions propres aux réseaux électroniques, c’est-à-dire les attaques visant les systèmes d’information, le déni de service et le piratage.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz