Cameroun : un éco-garde tué par des braconniers

Un éco-garde tué par des braconniers | Crédit photo : © PARC NATIONAL DE LA BENOUE / Illustration

Bruce Danny Ngongo a été froidement tué alors qu’il était sur le terrain. Depuis son décès en décembre 2016, on reparle encore de lui.

Le drame est survenu au Parc national de Lobeke. Les braconniers lourdement armés de kalachnikov lors d’une mission de lutte anti braconnage ont ouvert le feu sur une équipe de patrouille mixte. Une équipe composée des éco-gardes du service de la conservation du Parc national de Lobeke et des militaires du 132ème bataillon d’infanterie motorisée.

C’est sur le terrain qu’une balle a touché le défunt ainsi qu’un militaire, le nommé Martin Ngongo qui va s’en sortir avec une blessure grave. A en croire des sources de CAMERPOST, les auteurs de cet acte ont abandonné sur le lieu du drame 9 pointes d’ivoires et une importante quantité de viande d’éléphants fumée. Un fait qui semble récurrent aux dires des populations. « Le massacre des éléphants pour l’ivoire a connu une recrudescence au Sud-est Cameroun ces 10 dernières années et au moins 20 éco-gardes ont été blessés, certains même handicapés pour la vie à cause des braconniers au cours des confrontations », regrettent des riverains.

Fort de cela, le Ministère des Forêts et de la Faune a obtenu des armes pour renforcer la lutte contre le braconnage dans certaines aires protégées du pays. Planifier la mise en œuvre sur le terrain du Plan national de lutte contre le braconnage ; mieux sensibiliser, former et informer les leaders d’opinion ainsi qu’institutionnaliser les descentes coup de poing dans les marchés de l’écoulement des produits de braconnages. Telles sont quelques-unes des mesures prises au cours de la session du Comité régional de lutte contre le braconnage de la région du Sud Cameroun. Les membres du comité déplorent le phénomène d’exploitation illégale des ressources fauniques qui prend des proportions inquiétantes dans cette région.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa