Cameroun – Éclairage public : Expérience peu satisfaisante des panneaux solaires à Douala

L'expérience des panneaux solaires de Soa à Yaoundé | Photo d'illustration
L’expérience des panneaux solaires de Soa à Yaoundé | Photo d’illustration

Elle a été heurtée à la qualité du sol dans le Littoral. Il est sablonneux et salé. Voilà les deux principales raisons qui auraient empêché le solaire de prospérer dans la capitale économique.

La ville de Douala (4 millions d’habitants) présente un déficit en éclairage public. Il est facile d’arpenter les rues de la capitale régionale du Littoral dans une pénombre totale. Seuls les phares des véhicules éclairent la chaussée. L’éclairage public au moyen des panneaux solaires, a fait l’objet d’une expérience au lieudit Boulevard de la Liberté en janvier 2016 dernier par la Communauté urbaine de Douala (CUD).

De la poste d’Akwa au rond-point 4ème, plus d’une centaine de panneaux solaires a été installée à des fins expérimentales a-t-on appris du chef de département de l’entretien des réseaux de la CUD. Cette expérience qui n’a pas obtenu le résultat escompté a quelque peu déçue son promoteur : « le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala, qui est l’administrateur principal, a constaté que la lumière produite par les panneaux solaires n’était pas appropriée.

Il a demandé que l’on se remette à l’énergie électrique » relate Beyeke Nicodème. Alors l’énergie électrique reste jusqu’ici la solution adéquate même si le chef de département de l’entretien des réseaux, estime que cette énergie, aussi pose un problème dans la mesure où elle n’est pas toujours statique : « dans la ville on a un problème de la vétusté des réseaux et la non stabilité des réseaux électriques ». Les entraves à l’éclairage public par l’énergie électrique rencontre elle aussi certains problèmes à Douala. La vétusté des réseaux électriques, le vandalisme, l’appareillage etc.

Tous ces éléments mis ensemble entrainent les chutes de tension qui font que l’éclairage public ne puisse pas tenir longtemps a-t-il dit. Pourtant les financements ne manquent pas. « L’argent est là ! Nous voulons une électricité fiable. Il faut juste qu’ENEO nous accompagne sérieusement, en mettant à notre disposition, l’énergie dont on a besoin » a déclaré Beyeke Nicodème.

Autre obstacle sur la voie de la modernisation de la ville de Douala serait le manque de sérieux des entreprises adjudicataires. Il n’y a qu’à voir les travaux qu’elles ont réalisés autrefois : « c’est comme si ces travaux n’ont jamais été faits ; certaines entreprises adjudicataires sont animées par la mauvaise foi ; elles n’achètent pas toujours le matériel approprié », accuse le Chef de département de l’entretien des réseaux à la CUD.

Pour lui, obtenir un agrément de la Communauté renvoie à respecter des critères stricts comme avoir un camion Nacelle de plus de 8m pour effectuer les travaux en hauteur ; un camion de hiab légalisé par le service émetteur ; avoir une caisse à outils avec sa facture légalisée. La commission interne de passation des marchés de la CUD exige aussi un personnel doté d’une expérience d’au moins cinq ans ; un ingénieur conducteur des travaux ; un chef de chantier Bac+3 avec au moins trois ans d’expérience sur le réseau électrique…

En 2016, la CUD avait prévu plus de 276 millions de FCFA soit 119 millions FCFA pour entretenir le réseau déjà existant et 157,8 millions de FCFA pour mettre en place de nouveaux panneaux photovoltaïques. Douala compte tout de même près de 300 panneaux solaires dont le résultat n’est pas satisfaisant à cause de la qualité du sol et de certaines défaillances dû à un manque d’entretien mais surtout, au vandalisme des populations.

La CUD souhaite une collaboration franche avec la société camerounaise d’énergie électrique ENEO : « si nous avons une électricité fiable de la part d’ENEO, les rues de Douala seront éclairées malgré le vol des lampadaires par les jeunes des quartiers. Vous savez la sécurité d’une ville passe par l’éclairage public ».

Source : © LE QUOTIDIEN DE L’ECONOMIE

Par Ruth Estelle Belinga

Poster un Commentaire

11 Commentaires sur "Cameroun – Éclairage public : Expérience peu satisfaisante des panneaux solaires à Douala"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
emile edinguele

Où est le rapport entre la nature du sol et la qualité de l’éclairage par des panneaux solaires ? Soyez sérieux
Il est inconcevable qu’il n’y ait pas de lumière à Douala et cela nuit à son attractivité en plus du désordre généralisé. C’est trop facile de tout mettre sur le dos d’Eneo et ne rien faire pour lutter contre l’incivisme.

Flavien Kamagou

Psuiiipppp

Patrick Sobze

Tres belle initiative.
Mais, Ds le dimenssionement rien netais prevu pour les etudes Geophysique.
Vs vs attendiez a quoi apres?
Continuer Tjrs a voler largent du pays sans donner de rendement..

Simon Pierre Atanga Eboa

FAIRE UN BON BÉTON ARMÉE OU EST LE PROBLÈME BANDE DE VOLEURS

Etienne Manga

et toi alors tu as fais quoi

Simon Pierre Atanga Eboa

TU MA DONNER QUOI?

Axel Nguetsa

Émergence

Philippe Njoha

C’est une explication très stupide ça !!!!!!!

Patrick Vivien Nton

Je ne comprends rien à cette affaire. Comment la nature du sol peut elle influencée la qualité de l’énergie solaire ? Cette explication ne tient pas la route.
Vu le taux d’ensoleillement de notre pays l’énergie solaire reste la seule mesure idoine pour ce qui est du problème de l’éclairage public.
À ce que je sache les panneaux solaires sont fixés au dessus des poteaux, et ne sont pas en contact avec le sol. Bref, je ne comprends rien à cette explication

Joe Soptchon

Ne pousser pas les camerounais à bout .voler en paix.

Patrick Sobze
Mr Patrick Vivien Nton. vs avez posez de Tres belle questions. En principe lenergie ou panneaux solaire na aucun rapport avec les etudes Geophysique encore apeler etudes de la terre. Douala etant entourer deau.lors du dimenssionement des poteaux declairage publique solaire.il nont pas tenu compte de la qualiter du sol de cette ville qui sableuse et saller a causer Du Wouri.en bref, sils ne respectent la profonder des semelles et srtt la qualiter de la feraille qui doit entrer ds ce sol. Ces poteaux ne tiendrons meme pas 5 ans a cause du sel qui doit donner de la rouille… Read more »
wpDiscuz