Cameroun – Droits humains : la directrice du Redhac menacée de mort

Maximilienne NGO MBE, directrice Exécutive du REDHAC

Un fait qui serait dû d’après l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, au soutien des leaders de la crise anglophone par Maximilienne Ngo Mbe, directrice du Redhac. Le contenu du communiqué de l’Observatoire avec CAMERPOST.

Interpellation de l’Etat camerounais

Dans son communiqué, l’Observatoire révèle que la Directrice exécutive du Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac), depuis le 30 mai 2017 reçoit un message la prévenant qu’un « de ses proches veut la tuer ». Entre les 30 mai et 10 juin elle a également reçu de manière quotidienne des appels anonymes aux alentours de 18h lui disant «nous allons vous tuer », « vous allez mourir, sachez-le et quoique vous fassiez », « notre pays ne cédera pas à une quelconque déstabilisation ».

Des propos qui, à en croire les organisations internationales saisies, « s’inscrivent dans un contexte où le Redhac, y compris à travers sa directrice exécutive, s’est prononcé sur la répression d’un mouvement social de protestation en cours dans le Cameroun anglophone depuis novembre 2016, accompagnée d’arrestations d’activistes anglophones poursuivis depuis le 13 février 2017 devant le Tribunal militaire de Yaoundé pour acte de terrorisme ».

Appel au respect des libertés

L’Observatoire dénonce fermement ces nouvelles menaces ainsi que l’impunité des attaques subies et des menaces reçues depuis 2010, et appelle les autorités camerounaises à diligenter une enquête prompte, exhaustive, impartiale et transparente afin d’identifier tous les responsables et de les sanctionner conformément à la loi, puis à garantir en toutes circonstances l’intégrité physique et psychologique de la victime et sa sécurité ainsi que celles de sa famille.

L’organisation exhorte l’Etat camerounais à se conformer aux dispositions de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’Homme, adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 9 décembre 1998, et plus particulièrement ses articles 1 et 12.2.

© CAMERPOST – Toute reproduction interdite

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Cameroun – Droits humains : la directrice du Redhac menacée de mort"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Mary Bolaji

Dieu Du Ceil

wpDiscuz