Cameroun – Droits de l’Homme : Le Cameroun accusé de mensonges à l’Onu – 07/05/2014

Incarcéré à la prison de New-Bell et souffrant d’une maladie rare, Jean Emmanuel Foumbi dénonce la mauvaise foi de l’Etat camerounais. Le 10 mai 2013, Jean Emmanuel Foumbi, opérateur économique d’origine camerounaise et de nationalité française, é été incarcéré à la prison centrale de New-Bell à Douala.

Prison centrale de Yaoundé, entrée.
Prison centrale de Yaoundé, entrée.

En février 2011, le gouvernement sous l’impulsion du Premier ministre a confié au groupe Hope qu’il présidait, la responsabilité de construire la Plateforme informatique intégrée du Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (Dsce), sous la forme d’un réseau social pour la mobilisation des financements alternatifs non générateurs d’endettement et pour rendre plus visibles à l’international les grandes réalisations.

La société Hope s’est attelée à réaliser sous le regard avisé de la direction informatique du Minepat, de l’Antic et du Cenadi, ladite plateforme appelée DevHope.com. Cet outil a été réceptionné le 06 septembre 2012 par le Minepat et lancé officiellement à l’hôtel Mont Fébé le 22 novembre de la même année par le ministre de l’Economie.

Seulement, quelques mois plus tard, alors que M. Foumbi se rend au Cameroun en avril 2013 , sur invitation officielle du ministère de l’Economie, afin de finaliser le contrat de délégation de service public prévu dans la loi des parties pour l’exploitation dudit réseau social, il est arrêté et déferré à la prison centrale de New-Bell, où il se trouve toujours.

Il est accusé d’escroquerie, une accusation que ses conseils disent infondée. Les plaignants sont tous soit associés (Patrick Mboma), soit créanciers de l’entreprise (Roger Nono), soit inconnus (société Logis S.A France), et ont en commun d’avoir tous délaissés les juridictions commerciales européennes expressément désignés, pour venir à Douala solliciter la justice pénale camerounaise.

Pour justifier cette détention arbitraire, le ministère public a décrété un flagrant délit pour des faits qui non seulement se sont déroulés hors du territoire camerounais mais qui sont prescrits et relatifs à l’entreprise de droit français dont le mis en cause est le Président directeur général.

Pendant ces mois de détention, le ministère de l’Economie a informé M. Foumbi par correspondance officielle le 02 août 2013, que l’Etat du Cameroun renonce au partenariat avec le groupe Hope et souhaite plutôt acquérir les droits de propriété intellectuelle de l’innovation DevHope.com afin d’en assurer directement l’exploitation. Ceci au mépris de l’engagement contractuel pris par le gouvernement selon l’article 27 de la loi des parties.

Pathologie

Parallèlement, l’état de santé de M. Foumbi qui souffre d’une pathologie neuro dégénérative chronique rare, se détériore. Le 19 octobre 2013, alors qu’il était déjà en détention, est survenue une violente crise ayant occasionné l’hémiplégie de tout le côté droit de son corps ainsi qu’une inflammation de ses yeux ayant réduit sa vision de 50%, selon les médecins. Sentant ses forces le quitter Jean Emmanuel Foumbi a dû, en désespoir de cause, se tourner vers l’Onu dont le Haut-commissariat des droits de l’homme s’est ému de son sort en demandant, dans une correspondance officielle du 30 décembre 2013, à l’Etat du Cameroun, des mesures d’urgence pour éviter l’irréparable, et a aussi jugé recevable les très nombreux abus de droits perpétrés par les autorités judiciaires.

Pour tirer au clair cette situation, du 22 au 24 juin 2013, la Commission nationale des droits de l’Homme et des Libertés (Cndhl) a conduit une mission de trois jours à la prison centrale de New-Bell, mission sanctionnée par un rapport publié en février dernier et relevant en page 5, trois cas particulièrement préoccupants dont celui de M. Foumbi.

La Cndhl a en outre saisi le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, ainsi que le Procureur General spécifiquement pour les sensibiliser sur l’urgence d’une évacuation sanitaire, ainsi que sur la décision du Haut-Commissariat des Droits de l’Homme de l’Onu.

En ce qui concerne ce passage à l’Onu, les proches et avocats de l’accusé dénoncent les mensonges du Cameroun aux Nations Unies.

Selon eux, le mémoire adressé au Haut-Commissariat des Droits de l’Homme par le ministre camerounais de la Justice en réponse aux multiples violations des droits fondamentaux de la victime, relevés par ledit comité, comporte d’étranges contrevérités.

Ils citent notamment des documents ayant manifestement été falsifiés. C’est le cas de l’ordonnance du président de la Cour d’Appel du Littoral du 08 novembre 2013, rendu par le juge Minko Minko, siégeant en Habeas corpus (libération immédiate). Les falsifications portent sur la date. Au lieu du 08 novembre 2013, on a produit à l’Onu un document du 08 décembre 2013 qui se trouve être un dimanche.

Autre mensonge : la déclaration du ministre de la Justice prétendant ne pas être au courant de la situation sanitaire de M. Foumbi. Alors même que la Cndhl a directement saisi le procureur General et le ministre de la Justice, en date du 16 janvier 2014. Un mauvais signal qui ne peut que dissuader la diaspora à mettre ses compétences au service du pays.

Source : © Mutations

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Cameroun – Droits de l’Homme : Le Cameroun accusé de mensonges à l’Onu – 07/05/2014"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Patrick

de grâce , que la justice Camerounaise cesse de briser les les vies et les rêve !

je me demande si ce pays est encore gouverné ?

MBOCKA LE FORT
L’Etat du Cameroun a ratifié le Pacte Internationale des droits civils et politiques en 1984. Son article 7 dit: ” Nul ne doit etre soumis à la tortuture, ni à des traitements cruels et inhumains”. Le droit à la santé y est sacralisé par l’article 6 qui fait injonction aux Etats partie de preoteger la vie. Si je m’en tiens aux differents comptes rendus sur la situation de Mr Jean Emmanuel Foumbi, il s’agit bien d’une torture en regle que cet homme apparemment brillant subi de la part du Cameroun qui lui refuses le droit aux soins de sante contre… Read more »
wpDiscuz