Cameroun : Douala, la palme d’or des établissements scolaires clandestins

Dans un arrêté que vient de signer le Ministre des Enseignements secondaires, Jean Ernest Ngalle Bibehe décide de fermer une soixantaine des établissements d’enseignements secondaires clandestins au Cameroun. La ville de Douala est la région la plus concernée par le désordre. Evocation avec CAMERPOST.

Cameroun : Douala, la palme d’or des établissements scolaires clandestins

Récidive

La région du Littoral en général, la ville de Douala en particulier, s’en sort avec le plus grand nombre des établissements scolaires désormais interdits de fonctionner pour non-respect de la règlementation en vigueur. Au total 30 établissements sont clandestins et font partie de la soixantaine dans le viseur du Ministre des Enseignements secondaires.

Ce n’est pas la première fois que la cité économique brille par la délinquance des responsables d’établissements poussant à la fermeture de leurs locaux. En rappel, en 2014, une vaste campagne d’assainissement des établissements clandestins avait été lancée dans le Littoral. A cette issue, 15 d’entre eux avaient été fermés dans l’arrondissement de Douala 5e et Douala 3e le 14 août 2014. Ensuite, 18 autres subissaient le même sort quatre jours plus tard.

Non-respect de la procédure de création des collèges

Parmi les griefs formulés contre les établissements qui viennent d’être sanctionnés, l’on dénombre l’absence d’un cadre fiable car, plusieurs de ces collèges sont logés dans des maisons d’habitation ou autres lieux inappropriés. Le non-respect de la procédure de création ou d’ouverture.

Il s’agit, entre autres pour le cas de Douala, des collèges de la « Enko international school » de Bonanjo, des collèges Lezenou, la Methode, la Praline, Saint Jules et Alliance de Douala…Au-delà des 30 établissements fermés dans la cité économique, on note 19 dans le Centre, 6 dans le Nord-Ouest. Des chiffres sensiblement bas, comparés à ceux de l’année dernière. En effet, en 2016, le ministre avait été contraint de fermer 75 établissements au total pour les mêmes raisons. Ils seront  fermés pendant  l’année 2017/2018.

© CAMERPOST par Linda

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Cameroun : Douala, la palme d’or des établissements scolaires clandestins"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Isaac Ebole-t

Belle photo de la classe. Sauf qu avec un radiateur dans la salle, c’est du réchauffé.

Bess Sysy

Que de fausses info

wpDiscuz