Cameroun – Douala : un enfant disparaît dans un puits à Bépanda

Des des curieux et des sapeurs-pompiers à Bépanda sur les lieux du drame | © LNE
Des des curieux et des sapeurs-pompiers à Bépanda sur les lieux du drame | © LNE

Aux dernières nouvelles, le procureur de la république près le tribunal de première instance de Ndokoti a ordonné qu’on enterre le corps du petit Junior Donfack sur le lieu du drame. Pour cause, sa dépouille reste introuvable dans la fosse sceptique, malgré le dispositif utilisé par les Sapeurs-pompiers

« C’est de la haute sorcellerie », Cette déclaration est d’un élément du corps national des sapeurs-pompiers de Douala. Le petit junior sera enterré dans la fosse sceptique. Pendant trois jours de fouille, son corps reste introuvable. Près de 10 éléments du corps des soldats du feu se sont déployés   sur les lieux du drame.  La stupéfaction se lisait sur leurs visages, ce mardi 06 Août 2016, au lieu-dit Bonamoussongo, dans l’arrondissement de Douala 5e.

Il est environ 10h30. Une foule immense a envahi l’entrée du lieu du drame.  Des lueurs d’espoir   se lisent sur leur visage « Vraiment nous espérons qu’aujourd’hui les sapeurs ferons de leur mieux pour sortir le corps du sol », espère un riverain. En effet, au lendemain de la tragédie, les sapeurs-pompiers se sont déployés à fond en vain, afin de sortir le corps du petit junior de la fosse septique. Les habitants du quartier ont également porté secours, en faisant appel à un tradipraticien : « Nous avons versé un parfum, qui devait en principe faciliter la recherche. Malheureusement, c’était plus fort que nous », déplore Alain, tradipraticien à Bépanda.

Cependant, Le doute pèse encore sur les circonstances réelles de cet accident. Cette situation mystérieuse a amené les éléments du corps des sapeurs-pompiers à arrêter les fouilles, après 5 heures d’horloge sans suite « Vous êtes au courant que l’intervention dure depuis trois jours. Au fur et à mesure qu’on enlève les gradins, il y a des vibrations qui se transmettent aux parois des trous et la terre se déverse à l’intérieur. Le procureur a décidé qu’on arrête les fouilles. C’est un regret de n’avoir pas atteint notre but, mais cela est dû aux circonstances. Il y a un danger persistant et les menaces sur les sauveteurs. On ne peut pas sauver un corps en risquant la vie des autres », déclare le capitaine Afuh Hansel, commandant des 201 compagnies d’intervention des sapeurs-pompiers de Douala. D’après le procureur de la République près le tribunal de première instance de Ndokoti, tout espoir est perdu. L’ordre a été intimé à Gustave Ebanda, maire de la commune de Douala 5e de s’occuper des voies et moyens pour remplir la fosse.

En rappel, l’incident est survenu le dimanche 6 août, dans une mini- cité, situé à Bépanda, au lieu-dit Bonamoussongo. Le jeune garçon Junior Donfack  âgé de 3 ans, a perdu la vie, le dimanche 6 août 2016, lors de l’éboulement d’une fosse septique, alors qu’il se mettait à l’aise. Selon les informations, ladite fosse ne présentait aucun signe prémonitoire d’éboulement « Depuis que je suis dans cette cité, je n’ai jamais vu la fosse fendillée.  Grande a été ma surprise de voir l’éboulement », explique une riveraine

Source : © La Nouvelle Expression

Par Amélie Dita, Stg