Cameroun – Dossiers des examens officiels : Des mesures contre les dérives

Des mesures contre les dérives aux examens officiels | Illustration
Des mesures contre les dérives aux examens officiels | Illustration

Une décision du Minesec fixe le calendrier d’inscriptions et les montants des frais d’examens exigibles.

Il est fréquent d’apprendre durant une session du Brevet d’études du premier cycle (Bepc) ou du Certificat d’aptitude professionnelle (Cap) qu’un candidat est hors course parce que l’administration n’a plus les traces de son dossier ou encore qu’un chef d’établissement, s’est accaparé des frais d’examens. Cette année, avant même que le train des http://www.camerpost.com/cameroun-ouverture-du-bal-des-examens-officiels-avec-les-brevets-professionnels-06052015/ ne quitte la gare, le ministre des Enseignements secondaires, Jean Ernest Masséna Ngallé Bibehe a tenu à clarifier les choses.  Le 27 octobre dernier, il a fixé le calendrier des inscriptions aux examens gérés par la direction des examens et concours et de la certification de son département ministériel. Le document est clair : les candidats ont du lundi 16 novembre au vendredi 18 décembre pour cette opération. Les fiches d’inscriptions sont gratuitement retirées dans les centres d’examens. Une double inscription est considérée comme frauduleuse. « La double inscription se traduit par le fait qu’un candidat s’inscrive au BEPC dans deux ou plusieurs sous-centres d’examens. Le jour-J, ce candidat est remplacé par quelqu’un d’autre dans le second centre. C’est ce qu’on veut éviter », explique Alain Blaise Bisse Bea, directeur des examens, des concours et de la certification au Minesec.

Sur un autre plan, le ministre a reprécisé les montants des frais d’examens. 2500 F pour l’entrée en 6e, 3500 F pour le BEPC, le CAP industriel et 11 000 F pour le Certificat d’aptitude pédagogique d’instituteurs de l’enseignement maternel et primaire (Capiemp), dont les frais de matière d’œuvre ou la pratique s’élève à 9000 F. Et pour cause ! Certains chefs d’établissements ajouteraient des frais supplémentaires aux sommes payées par les parents. Notamment, pour le transport des dossiers, les signatures et autres. Pourtant, d’après le directeur des examens, les frais exigibles sont connus de tous et sont restés les mêmes depuis des années. A l’en croire, à côté des 3500 F versés par exemple pour le BEPC, les parents doivent ajouter 1000 F pour un timbre fiscal à apposer sur la demande d’inscription à l’examen, deux autres de 1000 F et de 200 F (timbre communal), sur la copie d’acte de naissance. Sans oublier les 1000 F des demi-photos qui seront plaquées pour la demande d’inscription, le récépissé, le registre d’inscription et la Carte d’identité scolaire. « En dehors de ces frais, les candidats n’ont plus à débourser de l’argent. Ils n’ont pas à s’occuper du transport des dossiers ou de quoi que ce soit. S’il y a des chefs d’établissement qui demandent aux parents plus qu’il n’en faut, ils s’inscrivent dans le faux. Et si jamais l’un d’eux est pris, il sera sanctionné », promet le directeur des examens.

Pour ce qui est du déroulement proprement dit, le calendrier n’est pas encore arrêté. L’on ne sait pas encore quand aura lieu le BEPC ou le CAP. L’heure est à la composition des pièces des dossiers en famille en attendant le jour-J.

Source : © Cameroon Tribune

Par Elise ZIEMINE