Cameroun – Doing Business 2015 : les avancées, les statu-quo et les reculades – 31/10/2014

Centre-ville de Yaoundé, capitale du Cameroun. Getty Images/ Tim E White
Centre-ville de Yaoundé, capitale du Cameroun.
Getty Images/ Tim E White

A l’analyse des critères ayant présidé à la forte progression du Cameroun dans le Doing Business 2015 (10 places de gagner), rendu public par la Banque mondiale le 28 octobre dernier, deux constats se dégagent : les avancées enregistrées en matière de «protection des investisseurs minoritaires», et la préservation des acquis tels que la facilité pour les entreprises du pays à se raccorder à l’électricité.

D’abord «la protection des investisseurs minoritaires». Sur ce critère, le Doing Business 2015 classe le Cameroun au 117ème rang sur les 189 pays évalués. Sur cet indicateur, le pays enregistre sa plus grosse progression en gagnant 13 places, puisqu’il figurait au 130ème rang dans le dernier classement.

Ensuite, il y a la préservation des acquis. Dans le nouveau Doing Business, le Cameroun fait du surplace sur quatre critères. Il s’agit notamment de la facilité pour les entreprises à se raccorder au réseau électrique, la facilité à opérer un transfert de propriété, la fluidité dans l’exécution des contrats et le commerce transfrontalier.

Enfin, il y a les reculades. De ce point de vue, l’octroi du permis de construire est le principal obstacle auquel se heurtent les investisseurs, selon le Doing Business 2015. En effet, sur ce critère, le pays perd 34 places, passant du 132ème rang en 2014 au 166ème rang dans le classement 2015. Viennent ensuite les difficultés d’accès aux crédits, indice sur lequel le Cameroun a perdu 5 places, les tracasseries en matière de paiement des impôts et taxes (3 places de perdues).

Par ailleurs, malgré la multiplication des Centres de formalités de création des entreprises (Cfce) dans les régions du pays, le Cameroun a perdu 6 places sur la facilité à créer une entreprise dans le Doing Business 2015. Même si, dans le détail, le nombre de procédures y afférents (5 au total) et les délais moyens (15 jours) sont largement en dessous de la moyenne en Afrique sub-saharienne (7,8 procédures et 27 jours respectivement).

Source : Investir Au Cameroun

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz