Cameroun – Dixiades 2016 : Le rideau se ferme ce jour

Rideau ce jour sur la 5e édition des Jeux nationaux, «Dixiades 2016» | Ph. © CT

Au terme d’une compétition âprement disputée, la région du Centre est bien partie pour se succéder à elle-même.

Rideau ce jour sur la 5e édition des Jeux nationaux, «Dixiades 2016», que la ville d’Ebolowa abrite depuis samedi dernier. La cérémonie de clôture, à l’instar de celle d’ouverture présidée, au nom du chef de l’Etat, par le ministre délégué à la présidence de la République, chargé de la Défense, s’annonce grandiose. Au-delà du faste des sons et couleurs, le public viendra encore plus nombreux, vivre la dernière note d’une symphonie qui fait déjà la fierté, malgré quelques ratés, du Comité d’organisation. Mais, surtout, au terme d’une finale de football messieurs, l’on saura alors, avec une réelle exactitude, le nom de la ville hôte de la 6e édition. Et hier, lorsque nous mettions sous presse, les demi-finales en sports collectifs, tels le football, handball, volleyball…se jouaient toujours. En handball messieurs, le Centre était opposé au Sud, en messieurs et en dames, le Centre rencontrait le Nord-Ouest.

Jusqu’à hier, la région du Centre était leader au classement général avec 47 médailles en Or. Et dans les sports collectifs cités plus haut, la région du Centre était présente dans toutes les catégories. Ce qui a laissé dire à tout observateur que la région, siège des institutions républicaines, était hors de portée en nombre de médailles glanées, soit un total de 85 dont 47 en or. Venaient ensuite le Sud et le Littoral avec…13 et 12 médailles en or respectivement, tandis que l’Adamaoua – propriétaire de six métaux en or – s’est illustrée en gymnastique artistique masculine individuelle.

Pour ce qui est du tennis de table, le Sud a pris de l’ascendance sur les  régions du Centre et celle du Nord-Ouest en demi-finales dames.  En messieurs, le Centre, le Littoral et l’Ouest sont bien partis pour jouer la finale, synonyme de médailles.

Source : © Cameroon Tribune

Par Aimé-Francis AMOUGOU