Cameroun – Distribution des moustiquaires imprégnées : les retardataires attendus

Les retardataires à la distribution des moustiquaires imprégnées attendus | © CAMERPOST / Olivier Ndema Epo
Les retardataires à la distribution des moustiquaires imprégnées attendus | © CAMERPOST / Olivier Ndema Epo
Les retardataires à la distribution des moustiquaires imprégnées attendus | © CAMERPOST / Olivier Ndema Epo
Les retardataires à la distribution des moustiquaires imprégnées attendus | © CAMERPOST / Olivier Ndema Epo

Les détenteurs de tickets de dénombrement peuvent encore passer dans les centres médicaux d’arrondissement de leurs quartiers.

C’est le 27 juin dernier que la distribution est entrée en gare dans le Centre. Mais des jours après, nombreux sont les ménages qui n’ont toujours pas reçu de Moustiquaires imprégnées à longue durée d’action (Milda). Interrogations, descentes à la chefferie où l’attribution avait cours, mais jusqu’au 7 juillet dernier, certains n’étaient toujours pas servis. A en croire le Dr Charlotte Moussi, délégué régional de la Santé publique du Centre, il n’est pas tard. Les détenteurs de tickets de dénombrement doivent se rendre au Centre médical d’arrondissement (Cma) du quartier. Sur place, présenter le ticket et s’il correspond aux données du registre y relatif, les moustiquaires sont remises. Si une personne habite le district de santé de Biyem-Assi, c’est par exemple au CMA de Mendong ou à celui de Mvog-Betsi qu’il faut aller. Si l’on réside dans le district de santé d’Efoulan¸ c’est vers le Centre catholique des sœurs de Mvolyé ou au CMA du quartier général qu’il faut se diriger. « Du 20 au 27 juin, on devait distribuer 2 498 525 moustiquaires. A cette date, nous avons distribué 2 448 460. Nous avons pu couvrir 87% des ménages recensés. Preuve que tout le monde n’a pas encore récupéré sa moustiquaire », confie Dr Charlotte Moussi.

D’après notre interlocutrice, le défi de cette campagne a été, comme lors des précédentes éditions, celui de la sensibilisation et du recensement des ménages. Des récriminations ont été enregistrées, mais les plus nombreuses proviennent des foyers qui n’ont pas été dénombrés. Il était possible de rectifier le tir un peu plus tôt, si les familles qui n’avaient pas reçu les équipes de dénombrement, l’avaient signalé à l’instant. Et non lorsque la distribution a été lancée et que la condition pour avoir une moustiquaire, est la présentation du ticket de dénombrement. Les autres devront attendre la prochaine campagne de distribution dans quatre ans ou acheter une moustiquaire, pour éviter le paludisme.

Source : © Cameroon Tribune

Par Elise ZIEMINE