Cameroun – Distinction : la Sg de l’OIF, Michaëlle Jean, Docteur honoris causa – 16/04/2015

Michaëlle Jean et Paul Biya au XVème sommet de l'OIF | Archives / © PRC
Michaëlle Jean et Paul Biya au XVème sommet de l’OIF | Archives / © PRC

La distinction a été remise mercredi après-midi par l’Université de Yaoundé I à la Sg de l’OIF, Michaëlle Jean, dans le domaine des langues et de la littérature comparée.

Encore un grand moment, mercredi à Yaoundé, pour celle qui préside aux destinées de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) depuis janvier 2015. La cérémonie de collation du titre de Docteur honoris causa de l’Université de Yaoundé I à elle dédiée s’est tenue dans le mythique amphithéâtre 700, sur le campus de Ngoa-Ekelle. Organisée suite au plaidoyer du doyen de la Faculté des Arts, Lettres et Sciences humaines (Falsh), établissement qui bénéficie du soutien financier de l’OIF pour des travaux de recherche dans la socio-linguistique et la littérature comparée, la rencontre s’est déroulée en présence du ministre de l’Enseignement supérieur, chancelier des Ordres académiques, Pr Jacques Fame Ndongo, du recteur de l’UYI, Pr Maurice Aurélien Sosso. D’éminents universitaires locaux et étrangers, de hautes personnalités dont les membres du gouvernement, du corps diplomatique, des organisations internationales. Des autorités administratives aussi.

Dans les différents discours, notamment l’éloge académique à la Sg de l’OIF présentée par le doyen de la Falsh, Pr Richard Laurent Omgba, l’on a appris que la récipiendaire est ainsi récompensée pour « sa grande contribution au développement ainsi qu’à la défense et illustration de la langue française et ses langues partenaires que sont l’italien, l’espagnol, le portugais, l’anglais et le créole ». Puis, le diplôme et ses attributs, la toge et l’épitoge lui ont été successivement remis par le Minesup et le recteur de l’UYI. Ensuite, dans un discours aux allures de leçon inaugurale, Michaëlle Jean s’est lancée dans une ode à l’éducation ponctuée d’encouragements à la jeunesse pour qu’elle se lève pour l’Afrique. « Aujourd’hui comme hier, j’ai le sentiment de marcher sur le chemin de l’espoir […] Ne laissez personne abîmer ou saccager votre rêve […] L’Afrique est en marche […] L’Afrique est un continent de jeunesse : c’est une chance, pas un problème », a-t-elle succinctement déclaré, descendant en flamme l’afro-pessimisme.

La séquence s’est terminée par la remise d’un cadeau des étudiants de la Falsh, un portrait sur toile de l’hôte de marque, la signature du Livre d’or de l’UYI, la photo de famille, le dévoilement de la plaque commémorative, dans une ambiance bon enfant entretenue par les étudiants venus nombreux. Le doctorat honoris causa est une distinction que les universités, de par le monde, décernent à des personnalités s’étant faites remarquer dans un domaine particulier. C’est le 23e que décerne l’Université de Yaoundé depuis sa création. Et Michaëlle Jean est la deuxième femme à le recevoir, après Irina Bokova de l’Unesco. La SG de l’OIF totalise ainsi 19 distinctions du genre, décernées jusque-là par de célèbres institutions universitaires américaines et européennes. L’UYI est la toute première université africaine à lui en conférer.

Source : © Cameroon tribune

Par Yvette MBASSI-BIKELE