Cameroun – Discours de fin d’année : Paul Biya annonce la baisse du prix des carburants

Paul Biya annonce la baisse du prix des carburants | © PRC
Paul Biya annonce la baisse du prix des carburants | © PRC

Dans son traditionnel discours à la nation, à l’occasion de la fin d’année, le Chef de l’Etat camerounais a décidé de l’augmentation des allocations familiales et de la baisse du prix des carburants.

Comme de tradition, le Chef de l’Etat camerounais a parlé à son peuple. Il a entre autres dressé le bilan de l’année écoulée, mais a surtout fait deux annonces fortes. Celle qui a certainement suscité une vive réaction dans les chaumières est celle relative à la baisse de prix des carburants. L’année qui débute devra ainsi connaitre une sorte d’effet boule de neige et par ricochet une baisse généralisée de divers produits sur les marchés. En effet, l’implication des carburants dans le tissu économique camerounais est-elle que la moindre hausse impacte directement le quotidien de nombreux camerounais. En effet, depuis le 30 juin 2014, le prix des carburants à la pompe a connu une hausse. Le gasoil, le super et le gaz domestique ont connu une hausse tandis que le prix du litre de pétrole a été maintenu. Le prix du litre de super est passé de 569 à 650 F CFA ; le litre de gazoil de 520 à 600 F CFA ; la bouteille de gaz domestique de 12,5 Kg, est passé de 6000 à 6500 FCFA. A l’époque il s’agissait de selon le gouvernement de prendre en compte l’augmentation des prix du pétrole sur le marché international. Un marché caractérisé ces temps derniers par une chute record des cours du pétrole. C’est sans aucun doute ce qui justifie cette baisse décidée par Paul Biya. Comment cela va-t-il se traduire dans faits ?  Quel le montant exacte de la baisse? A combien de Fcfa reviendra le prix du litre à la pompe ? Les prochains jours nous le dirons.

© CAMERPOST par Hakim ABDELAKDER   

Cette augmentation répond, selon le gouvernement, à la nécessité de prendre en compte l’augmentation «continue» des prix du pétrole sur le marché international et sa prise en charge par les autorités camerounaises. La pression n’était plus supportable selon le gouvernement camerounais qui affirme que la prise en charge des subventions, de 2008 à 2013, a coûté à l’Etat «1200 milliards de F CFA et 157 milliards de F CFA pour les six premiers mois de l’exercice en cours.»

our «préserver le pouvoir d’achat des populations» et atténuer l’impact de ces mesures sur l’économie nationale, le gouvernement informe qu’il a décidé des mesures suivantes: “maintien du prix du litre de pétrole à 350 F CFA ; réduction de 50% du montant de l’impôt libératoire, de la taxe de stationnement et de la taxe à l’essieu ; revalorisation des salaires des agents publics ; début immédiat des concertations paritaires en vue de la revalorisation du SMIG“. Ces mesures sont destinées à «dégager les ressources nécessaires au financement de nombreux projets de développement.» Mesures pour lesquelles le gouvernement dit compter sur «le civisme des populations». Et à juste titre.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz