Cameroun – FMI : Christine Lagarde arrive ce matin à Yaoundé

Christine Lagarde arrive ce matin à Yaoundé | DR
Christine Lagarde arrive ce matin à Yaoundé | DR

A l’invitation du chef de l’Etat, la directrice générale du FMI arrive ce matin à l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen pour une visite officielle de 72 heures au Cameroun.

En provenance du Nigeria voisin, première économie d’Afrique, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, arrive ce matin à l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen. Elle répond ainsi à une invitation du président de la République, Paul Biya.
Le contexte et les enjeux de cette visite officielle de Christine Lagarde n’échappent à personne. Elle arrive, en effet, au moment où le Cameroun et la plupart des économies de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) font face à deux chocs extérieurs majeurs : la baisse des cours des matières premières, dont la chute persistante des cours du baril du pétrole brut, dont cinq des six pays de la CEMAC sont producteurs et exportateurs, puis, les problèmes liés
à l’insécurité, du fait des attaques des membres de la secte terroriste Boko Haram.
C’est dans ces conditions que la croissance a ralenti l’an dernier au niveau sous-régional. A la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), on est parti sur une prévision de 4,2% en mars 2015. Un taux qui a été par la suite révisé à 2,8%, puis à 2,5% et à 2,4%.
Malgré cette conjoncture défavorable, le Cameroun, dont l’économie est la plus vaste et la plus diversifiée de la CEMAC, a réussi à tirer son épingle du jeu. Il continue de faire preuve d’une résilience remarquable, sous l’effet conjugué d’une forte augmentation de sa production pétrolière et d’un nouvel accroissement de l’investissement public. Le pays a pu également atteindre un taux de croissance économique d’environ 6 % au cours des deux dernières années. C’est appréciable,
mais en même temps insuffisant. Dans ces conditions, le Cameroun, qui n’est plus sous-programme avec le FMI depuis 2009, a cependant besoin de l’expertise de l’institution de Bretton Woods pour améliorer le climat des affaires et booster l’investissement privé, afin de réaliser une croissance plus élevée, plus durable et plus inclusive. Des conseils sont également attendus du FMI pour conduire des réformes structurelles plus hardies, une intégration régionale plus poussée ainsi qu’une diversification des sources de croissance et de recettes de l’Etat dans les pays très dépendants de l’exportation des matières premières.
Plusieurs temps forts vont marquer le séjour de Christine Lagarde au Cameroun, du 7 au 9 janvier 2016. Point culminant ce jeudi, en fin d’après-midi, l’audience avec le chef de l’Etat Paul Biya au palais de l’Unité, suivie d’une réception offerte en l’honneur de Christine Lagarde par le président de la République et Mme Chantal Biya. Avant cette étape, l’illustre hôte aura été reçue à l’immeuble Etoile par le Premier ministre, chef du gouvernement, Philemon Yang, puis au ministère des Finances par le ministre Alamine Ousmane Mey.

Source : © Cameroon Tribune

Par Rousseau-Joël FOUTE