Cameroun : Deux ans pour la fin des whiskies en sachets – 15/09/2014

Les fabricants et importateurs camerounais de whiskies en sachets ou en bidons ont 24 mois pour écouler leur production avant l’interdiction totale de ces produits, selon un arrêté des ministres du Commerce, de l’Industrie et de la Santé publique.

Cette annonce intervient au lendemain d’une rencontre avortée, vendredi dernier, entre le gouvernement et les opérateurs du secteur, qui ont massivement boycotté la concertation.

Les industriels reprochent en effet aux pouvoirs publics de vouloir tuer leur activité, sous la pression de multinationales de fabrication de spiritueux.

Le gouvernement, ainsi que plusieurs associations de défense des consommateurs, pour leur part, mettent en avant des préoccupations liées à la santé des populations du fait de la prolifération des marques sur le marché.

La polémique s’est tellement envenimée que, depuis juin 2011, les pouvoirs publics n’ont cessé de tergiverser et de reculer l’entrée en vigueur de la mesure d’interdiction de ces produits et l’institution, depuis le 1er janvier 2012, d’une vignette apposée aux vins et liqueurs importés, une estampille qui ne concerne que les produits dont le conditionnement est en verre ou en carton et qui, par voie de conséquence, devait voir la fin des whiskys et sachets communément appelés «condoms», particulièrement prisés par les petites bourses.

Le gouvernement avait déjà, note-t-on, donné jusqu’en juin 2013 aux importateurs de spiritueux en sachets et en bidons pour écouler leurs anciens stocks, avant la mise en branle de la phase de contrôle et de répression.

© Camer Post avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz