Cameroun – Détournement : Lydienne Eyoum va demander une grâce amnistiante – 13/07/2015

Lydienne Eyoum dans sa cellule de la prison centrale de Kodengui | Photo d'archives
Lydienne Eyoum dans sa cellule de la prison centrale de Kodengui | Photo d’archives

L’avocate française de Lydienne Eyoum s’est exprimée sur les antennes de Radio France Internationale. Me Caroline Wasserman, affirme que sa cliente opte pour cette solution dans le souci de conserver ses droits.

C’est en réalité un retournement de situation. Une sorte de plan B, qui tranche avec les premières prises de position de Me Yondo Black le conseil camerounais de Lydienne Eyoum qui, au lendemain du discours du Chef de l’Etat camerounais sur la situation de Lydienne Eyoum, estimait que demander la grâce présidentielle reviendrait a reconnaître la culpabilité de sa cliente. Il soulignait alors à ce propos que : « la déclaration du Chef de l’Etat à l’occasion de la visite du Président François Hollande, donne à penser qu’il est convaincu que Me Yen Eyoum a commis le crime de détournement de deniers publics qui lui est reproché…dans ce conditions, accorder la grâce serait verser dans l’arbitraire alors que d’autres camerounais coupables du même crime continuent de croupir dans les geôles de la République. Ce n’est pas de ce Cameroun, ni de cette justice que nous voulons ». Une déclaration qui laissait croire que Lydienne Eyoum ne demanderai pas la moindre faveur dans ce sens. Pourtant récemment, dans une interview accordée à RFI, l’avocate française de Lydienne Eyoum, a affirmé que sa cliente condamnée à 25 ans de prison par la Cour Suprême pour détournement de fonds publics va demander une grâce amnistiante. « Ce qui signifie que dans son esprit, elle sollicite une amnistie qui va lui permettre, et c’est ce que nous espérons tous, d’être réintégrée dans ses droits » explique Me Caroline Wasserman. En effet, la grâce amnistiante efface tout tandis que la grâce présidentielle vous concède la liberté mais vous continuez à payer les amandes qui vous ont été infligées.

Au regard de cette demande formulée par les conseils de lydienne Eyoum, il apparait claire que si la grâce amnistiante était accordée par le Chef de l’Etat, cela reviendrai à reconnaître que la justice camerounaise s’est trompée. Une option très peu envisageable dans le contexte camerounais.

En rappel, Lydienne Yen Eyoum a été condamnée à 25 ans de prison ferme. Elle est accusée d’avoir détourné la somme de 1 milliards de Fcfa, dans une affaire de recouvrement de fonds. Elle est en détention provisoire depuis 5 ans à la prison de Kondengui à Yaoundé.

© CamerPost – Hakim ABDELKADER