Cameroun : Des guitares pour 102 musiciens – 01/09/2014

La remise solennelle a eu lieu samedi à Yaoundé en présence du ministre des Arts et de la Culture.

Photo : © Cameroon Tribune
Photo : © Cameroon Tribune

Christy Sweet, auteur-compositeur de l’album « Je suis Sangokou » peut se ranger dans la jeune génération des artistes-musiciens. Une génération qu’elle considère comme bénie.

Elle a reçu samedi dernier sa toute première guitare des mains du ministre des Arts et de la Culture (Minac), Ama Tutu Muna. Ceci au même titre que ses aînés à l’instar de Dina Bell, Beko Sadey, Esso Essomba, Charly Nelle, etc. Emue, elle avoue en grinçant quelques notes : « Je viens de recevoir ma toute première guitare et je ne m’y attendais pas. Dès aujourd’hui, j’ai l’obligation de me mettre au travail. » Au total, 102 artistes ont bénéficié de ce don offert par le ministère des Arts et de la Culture (Minac), le Syndicat camerounais des musiciens (Sycamu) et la fédération internationale de musique (FIM). L’objectif étant de redonner à la musique camerounaise ses lettres de noblesse, d’autant qu’elle souffre depuis quelque temps de plusieurs maux.

A cette occasion, Roméo Dika, vice-président de la FIM, par ailleurs, président du Sycamu, partenaire du Minac dans cette action, a réaffirmé son soutien au gouvernement en faveur des musiciens. « Nous attendons de vous, des chansons qui vont contribuer à notre bonheur collectif », a-t-il souligné. Pour le ministre Ama Tutu Muna, c’est le talent qui manque le moins. D’où l’urgence selon elle, de renforcer les capacités des artistes à travers des formations et d’améliorer le rendement de ce secteur qui a écrit et continue d’écrire les belles pages de l’histoire. C’est pourquoi les artistes bénéficiaires sont d’horizons divers, et pas uniquement membres du Sycamu, a-t-on appris.

Pour le Minac, produire des œuvres de qualité rime avec la mise à disposition des moyens techniques adéquats et des outils adaptés. Des instruments professionnels qui permettent de combler les lacunes et d’améliorer les performances des musiciens. « Votre implication, votre passion témoigne de la volonté de relever le niveau de la musique camerounaise d’où les encouragements des pouvoirs publics pour remonter le niveau de cette musique. Niveau qui devrait être le sien », a-t-elle rappelé. Et de conclure : « C’est l’occasion de créer une autre génération de virtuoses. Que les artistes se mettent au travail ». Et c’est donc tout sourire que les bénéficiaires ont commencé à ajuster leurs notes, chacun à sa manière et selon son talent.

Source : © Cameroon Tribune

 Par Sorèle GUEBEDIANG à BESSONG

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz