Cameroun – Déraillement du train : pourquoi l’État est responsable ?

Les rescapés du train qui a déraillé vendredi 21 octobre, à Eseka, dans le centre du pays. | © AFP
Les rescapés du train qui a déraillé vendredi 21 octobre, à Eseka, dans le centre du pays. | © AFP

Au moins 79 personnes sont mortes, vendredi 21 octobre, dans le déraillement d’un train reliant les deux principales villes du pays, Yaoundé et Douala. Pour ce journal guinéen, cela ne fait aucun doute, la catastrophe est la conséquence des trente-quatre ans de mauvaise gestion du régime de Paul Biya.

Ce lundi 24 octobre, le Cameroun est en deuil. Ainsi en a décidé le président Paul Biya, de retour au pays après l’accident de train qui, vendredi [21 octobre], a fait au moins 79 morts et plus de 650 blessés.

Mais cette mesure ne suffira pas à calmer la colère des victimes et, au-delà, de l’opinion publique dans son ensemble. Les Camerounais, qui, n’entendant pas se contenter des explications fatalistes habituelles, souhaitent surtout savoir ce qui s’est passé et découvrir celui ou ceux dont les manquements ou les défaillances ont conduit au drame.

Anticipant sa mise en cause, l’État, à travers certains ministres, décline déjà sa responsabilité. Sauf que les ministres en question ne sont guère convaincants. Parce que, dans cet accident, la responsabilité des autorités au plus haut niveau est engagée.

Un accident aux causes évidentes

Pour ne pas avoir à répondre aux questions gênantes, les responsables de la Camrail et les autorités camerounaises se bornent à annoncer que des enquêtes sont ouvertes.

Lire la suite à © COURRIER INTERNATIONAL