Cameroun : Démarre en janvier 2016 à Douala du chantier des grands drains

Fritz Ntonè Ntonè a annoncé les travaux d’édification de nouveaux drains | DR/Illustration
Fritz Ntonè Ntonè a annoncé les travaux d’édification de nouveaux drains | DR/Illustration

A l’occasion de la troisième édition de l’agora de Douala où des citadins de la ville discutent du devenir de leur cité, le délégué du gouvernement Fritz Ntonè Ntonè a annoncé, dimanche 8 novembre 2015, que les travaux d’édification de nouveaux drains (pose de parois et fonds en béton sur les tracés existants) vont commencer en janvier 2016. Un projet d’une centaine de milliards de francs prévu depuis peu.

Il s’agit de la principale réponse des pouvoirs publics au difficile assainissement de la capitale des affaires, engluée dans d’inextricables conflits entre vie urbaine et occupation anarchique des sols, décharges sauvages d’ordures, circulation des eaux, pourne citer que ceux-là. M. Ntonè Ntonè a également fait savoir qu’un aménagement de Makepe-Missoke allait se réaliser avec l’appui de la coopération internationale. Une manière de concilier urbanisme et social, de décharger quelque peu ce quartier-symbole des problèmes d’assainissement, bien que la zone reste précaire. En juin dernier, des inondations géantes avaient d’ailleurs frappé des dizaines de quartiers, et singulièrement les communes de Douala III et V, parmi les plus populaires de la cité.

Qui a alors pu mesurer que les effets du changement climatique se manifestent ainsi, a regretté le délégué du gouvernement devant quelques citadins venus discuter de solutions pour éviter que Douala se noie. A la salle des fêtes d’Akwa, place traditionnelle du débat, les personnes ayant répondu à l’appel des Amis de la ville de Douala interpellaient autant l’édile que la conscience collective.

Dirigeants et citoyens sont convaincus que le degré d’implication des habitants n’est pas suffisant, bien que les effets néfastes du climat actuel se vivent au quotidien. Ceux qui en ont pris conscience animaient donc des échanges dimanche, afin d’enrichir la participation camerounaise à la Cop 21, la prochaine conférence sur le réchauffement du climat prévu à Paris fin novembre.

Source : © Cameroon Tribune

Par Jean Baptiste KETCHATENG