Cameroun – Délestage : Quand une coupure d’électricité sabote le discours de fin d’année du chef de l’Etat

Le chef de l'Etat camerounais, Paul Biya, lors du message de fin d’année 2015 et du Nouvel An 2016 a magnifié cette capacité de résistance de l'économie camerounaise | © PRC
Le chef de l’Etat camerounais, Paul Biya, lors du message de fin d’année 2015 et du Nouvel An 2016 a magnifié cette capacité de résistance de l’économie camerounaise | © PRC

Suite à une coupure de courant dans plusieurs villes, les populations n’ont pas pu suivre le discours du chef de l’Etat.

De quoi a parlé le chef de l’Etat jeudi, 31 décembre 2015, lors de son allocution de fin d’année à la nation ? « Je n’en sais pas grand-chose », reconnait Thierry Zibi, habitant du quartier Cité-verte à Yaoundé. C’est que, moins de dix minutes après le début du discours du président de la République, il y a eu une longue coupure de l’énergie dans plusieurs villes du Cameroun. Ce qui a empêché certains camerounais de suivre le discours du chef de l’Etat. Kévin Nkou, un habitant d’Ebolowa ne cache pas sa colère : « ça m’a énervé, je me suis levé de mon fauteuil et j’ai quitté la maison ». Un désagrément partagé par Alain Nogning, tenancier d’une parfumerie. « J’étais frustré et je suis allé au bar continuer la veillée avec des amis ». Germain Makon Makon, administrateur civil à la retraite y voit un « grosse gaffe » commise par Eneo.

« Le message de fin d’année du président de la République nous sert de repère. C’est une déception totale de n’avoir pas pu le suivre. Il faudrait qu’on soit plus sérieux pendant un moment aussi important de la vie de la nation qu’est le message de fin d’année du chef de l’Etat. Que des gens puissent s’amuser à le perturber par des coupures de courant me paraît bien suspect ». Dans le même ordre d’idées camer.be, El Adj Sahabo, grand conseiller à la communauté urbaine d’Ebolowa estime qu’il s’agit là d’un manquement professionnel grave de la part de la société en charge de la fourniture de l’énergie électrique au Cameroun.

Les sources internes de Eneo confient que le premier rapport de la situation a été établi. Une enquête approfondie est en cours et sera déposée sur la table du directeur général d’Eneo d’ici mercredi, 6 janvier. Le ministre de l’Energie et le Dg d’Eneo ont fait une descente sur le terrain un jour après l’incident. Selon des sources chez Eneo, à l’origine de cette panne, un incident survenu sur la ligne de transport haute tension de 225 Kilovolts Edea-Magombe-Oyomabang qui fournit l’énergie dans la capitale. En raison des charges très élevées, la ligne parallèle de 90 kilovolts n’a pas pu prendre le relais. Pour se protéger, les centrales de Kribi et de Dibamba ont cessé de fonctionner. Et par effet domino, des lignes moyennes tension ont aussi cessé de fonctionner à Douala, interrompant le service dans une dizaine de quartiers de Douala.

Selon les mêmes sources, les équipes techniques ont localisé le défaut dans la zone d’Ebombe sur la ligne 225 kilovolts. Elles ont engagé des manœuvres qui ont permis de reprendre l’alimentation de Yaoundé dans les 10 mn suivant l’incident. Et progressivement, les différents quartiers de Yaoundé et Douala ont été repris en service.

Source : © Le Jour

Par Jérôme Essian

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz