Cameroun: le délégué du Gouvernement auprès de la Cud sommé de réintégrer des licenciés

Cameroun: le délégué du Gouvernement auprès de la Cud sommé de réintégrer des licenciés

Dans une correspondance signée par le secrétaire général pour le Ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Razack Johny, le Ministre du travail et de la sécurité sociale oppose son refus à la demande d’autorisation de licenciement de 10 délégués du personnel de la Communauté urbaine de Douala. Arrêt avec CAMERPOST.

Les plaignants crient victoire

Dans cette note, on peut lire : « Faisant suite à la correspondance de référence que la délégation a adressée au délégué du Gouvernement auprès de la Cud, j’ai l’honneur de vous demander  de bien vouloir marquer votre refus à la demande  d’autorisation de licenciement de 10 délégués du personnel à la Communauté urbaine de Douala, pour faits non établis et entrave  à fonctions des délégués  du personnel ».

Autrement dit, le ministère en question trouve infondée le licenciement de: Balla née Ngo Tcheck Hermine, Mekinda Valentine Peggie épse Oyono, Koussoh Andrianne, Ekanga Ntonla Charly, Sosso Samuel, Doume Elolongue Louis, Ngwa Elombo Jean Narcisse, Doualla Sosso Georges Augustin, Pia Kiari  Paul et  Bioto Paul Isidoro. Ces derniers qui  réclament l’effectivité de la couverture sanitaire permanente et régulière.

A ce sujet, le 10 avril 2017, le bâtiment abritant les services de la Communauté urbaine de douala à Bonanjo avait été pris d’assaut par des agents de la Cud. Ceux-ci déclaraient observer un mouvement de grève suite à certaines revendications qui n’ont pas été prises en compte par le délégué du gouvernement auprès de la Cud, Fritz Ntonè Ntonè.

Mépris de la hiérarchie ?

En effet une correspondance de l’inspection du travail datant du 23 mars dernier faisait état de ce que le délégué du gouvernement avait promis en mai 2016 l’effectivité de la couverture sanitaire (absente depuis plus de 20 ans) dans des délais très brefs, disait-il il y a un an. Mais Depuis lors rien n’a été fait.  Aucune avancée sur la question n’est enregistrée selon les plaignants.

Pire, toutes les audiences demandées auprès du patron de la Cud par les délégués du personnel pour discuter de la question et trouver des solutions, sont restées sans suite. « L’autorité affichant alors un certain mépris vis-à-vis de cette franche de son personnel qui réclame ses droits.

C’est ainsi qu’avec l’appui du Syndicat Départemental des Travailleurs des Communes du Wouri, nous avons engagé une grève en assiégeant le perron de l’hôtel de ville de la communauté urbaine brandissant des pancartes qui dévoilent nos réclamations », ont laissé entendre les délégués du personnel.

© CAMERPOST par Linda

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz