Cameroun – Défilé du 20 mai : le marquage du site est assuré

Le Président de la République, S.E. Paul BIYA, à la 43ème édition de la Fête Nationale du Cameroun | © PRC/Illustration
Le Président de la République, S.E. Paul BIYA, à la 43ème édition du défilé du 20 mai | © PRC/Illustration

Les différents corps d’armées et police se sont retrouvés lundi au Boulevard du 20 mai pour le repérage.

Lundi, aux environs de 10h au Boulevard du 20 mai, un carré de la musique de la gendarmerie anime. Il se déploie sur une surface bien limitée. L’air psalmodié est entrainant et le déplacement semble coordonné. Les encadreurs ne tolèrent pas un faux geste, même le plus anodin. On apprend que la gendarmerie répète le Carrousel qui sera chanté devant le président de la République le 20 mai prochain. Le Carrousel ? Une composition musicale qui véhicule les idéaux de la nation et qui galvanise les troupes, une musique des grandes fêtes à laquelle se greffe un mouvement d’ensemble. Dans la tradition militaire camerounaise, elle est chantée pour exalter l’unité nationale.

Mais, le carré de la musique de la gendarmerie nationale tourne presqu’en rond. « Il s’agit du marquage », confie un homme de troupe. Il ne s’agira que du marquage pendant les deux heures de répétition pour tous les corps qui se meuvent au Boulevard du 20 mai ce 16 mai. Un petit détachement de chaque corps marque les pas sur une distance qui ne s’éloigne pas de la tribune présidentielle. Le point névralgique, où tout doit être synchronisé comme sur du papier à musique. Pas d’erreur devant la tribune, ni pour les pas, ni pour le salut ou autre mouvement d’ensemble.

Le rendez-vous du boulevard consistait hier pour chaque troupe, à matérialiser sa position. Dans cette discipline, la police repère ses lignes et ses espaces de salut à l’autorité. « Elle se familiarise avec le lieu du défilé. « Pendant des semaines, nous nous sommes entraînés à l’Ecole de police et au boulevard de l’Omnisport », explique le commissaire divisionnaire Bakongo, commandant des troupes qui sera assisté dans cette tâche par le commissaire de police principal Louise Angèle Assamba Ekambi Lobé.

Dans l’administration pénitentiaire, le « marquage » vient d’être fait. « Nous passerons après la police », confie l’administrateur général de prison et médecin, Marie Théodule Beng Nyoma. L’administration pénitentiaire aura une particularité pour ce défilé. Elle a un seul carré, mais les femmes contrôlent tous les rôles, du chef de section au commandant du détachement en passant par le porte-étendard et le commandant de carré qui sera à sa première expérience au Boulevard du 20 mai. « Ce n’est pas un hasard, mais une touche bien pensée pour exhiber le savoir-faire de la femme », explique Marie Théodule Beng Nyoma.

L’administration douanière a aussi fait son repérage. A partir de là, elle complétera le réglage avant la cérémonie, rassure le commandant Marcel Kangaing, commandant des douanes de Bamenda qui est à Yaoundé pour la circonstance. Il tient à faire savoir que son effectif est rajeuni au bénéfice du recrutement de 2015. Ce mardi est un autre jour de marquage au Boulevard du 20 mai. Afin que tout se passe comme prévu le jour J.

Source : © Cameroon Tribune

Par Jeanine FANKAM