Cameroun – Décès de quintuplés à l’Hôpital central de Yaoundé : le directeur ouvre une enquête administrative

Le directeur de l’Hôpital central de Yaoundé a ouvert une enquête administrative | Crédit photo : Djeny Ngando / Illustration
Le directeur de l’Hôpital central de Yaoundé a ouvert une enquête administrative | Crédit photo : Djeny Ngando / Illustration

Il s’agit d’identifier les infirmières accusées de malveillance à l’égard de dame Nshi Honorine, mère des quintuplés.

Depuis la survenue de l’incident, la semaine dernière, sieur Alfred Nkimih, époux et père des enfants de Nshi Honorine, n’en démord pas. Joint au téléphone, il accuse : « Ma femme a été moquée par des infirmières qui lui ont avancé plein de méchantes paroles, alors même qu’elle avait besoin de consolation. De plus, il y en a une qui a requis et obtenu 15 000 F de la sœur de ma femme, pour des soins censés gratuits ». Passé le décès de leurs enfants, les Nkimih se disent encore choqués par « ces comportements déplacés » de deux infirmières particulièrement.

C’est donc pour apaiser le couple et restaurer sa dignité qu’une réunion s’est tenue lundi 28 mars dernier à l’hôpital central. Y prenaient part, le directeur de l’institution, Pr Joseph Pierre Fouda, et ses principaux collaborateurs, de même qu’Alfred Nkimih. De source introduite, son épouse aurait choisi de ne pas participer à cette rencontre pour des « raisons psychologiques ».  Au terme de ces assises, il a été essentiellement retenu que les deux infirmières incriminées écoperont de « sanctions exemplaires » une fois identifiées par les victimes, et les faits établis. « Nous avons invité M. Nkimih à ramener son épouse et sa belle-sœur au sein de l’hôpital pour ce processus d’identification. Nous les attendons et nos enquêtes se poursuivent en interne », a expliqué le Pr Fouda joint au téléphone, mardi dans la matinée.

Source : © Cameroon Tribune

Par Yvette MBASSI-BIKELE

  • medecins , infirmieres quelle honte

  • le panafricaniste

    à quelle heure ? ça va ramener ses bébés à la vie ? n’importe quoi !
    si on pouvait les présenter à la télé pour que celà soit vu des autres ou même organiser des décentes inopinées dans les hôpitaux afin de créer un crainte auprès de ce personnel comme auprès des gendarmes de 500 f sur nos routes , il s’agirait de mettre des membres de la Conac sur le terrain comme passagers et comme malade afin de mettre tous ces malfrats et meurtriers en prison

  • le panafricaniste

    et puis que fou ce ministres de la santé qui s’est converti en ministre de construction des hôpitaux sans médecins ? Nous sommes fatigué de voir des centres de santé inaugurés alors que le systême de santé ne change pas