Cameroun – Décès de Monique Koumaté : le gouverneur du Littoral appelle au calme

Ivaha Diboua, gouverneur du Littoral | DR
Ivaha Diboua, gouverneur du Littoral | DR

Suite au décès tragique de Monique Koumaté,  Samuel Dieudonné Ivaha Diboua a fait une descente sur les lieux du drame afin de rassurer la population.

 C’est en présence des médias nationaux et internationaux que s’est tenu le point de presse,  quelques heures après le décès de la jeune dame à l’hôpital Laquintinie. «Nous sommes-là pour voir ensemble ce qui s’est passé pour que le corps de la nommée Monique Koumaté soit répandu sur les réseaux sociaux. Etant donné que les images ont fait le tour du monde. Nous venons vous rassurer que les enquêtes ont été ouvertes pour rétablir les responsabilités des uns et des autres », cette déclaration est du gouverneur de la région du littoral, ce dimanche 13 mars 2016. Dans  ses propos, Ivaha Diboua veut témoigner devant la population de ce que la situation soit prise à la fin et non au début du processus. Il ajoute aussi que  l’hôpital Laquintie semblerait ne pas être la seule structure parcourue par la victime et sa famille. «L’hôpital Laquintinie est à l’arrivée et on aura la lumière avant cette arrivée, les conditions doivent être élucidé », dit-il.

Toute fois Le numéro 1 de la région du littoral, souhaiterait que l’objectif d’avoir balancé  les images dans les réseaux sociaux ne puisse aucunement avoir l’intention de créer du  trouble dans la ville de Douala.  Bien plus, il «rassure» que les enquêtes sont là pour établir toute la vérité et sera connue  de tous.

Une pilule difficile à avaler par les patients qui soutiennent que : «C’est une histoire vraiment pathétique, qui avilit l’image de notre pays. Pourquoi laisser qu’une telle scène se produise dans un hôpital public en présence des infirmiers. Nous pensons que lorsqu’on va à l’hôpital c’est pour qu’on soit secouru et non abandonné», affirme un usager.

Au moment de mettre sous presse, Issa Tchiroma et Mama Fouda sont annoncés à Douala ce jour pour des communications.

Source : © La Nouvelle Expression

Par A.D., Stg