Cameroun : Déblocage de 30 milliards FCfa en faveur de 31 entreprises et organismes publics – 27/02/2015

Un camion-citerne de la Camwater ravitaillant les habitants du quartier Nkolndongo à Yaoundé. | © Menphil
Un camion-citerne de la Camwater ravitaillant les habitants du quartier Nkolndongo à Yaoundé. | © Menphil

Dans un arrêté conjoint rendu public le 25 février 2015, le ministre camerounais de l’Economie et celui des Finances ont rendu public une liste de 31 entreprises et organismes publics bénéficiaires de «ressources de réhabilitation», en rapport avec «les contrats plans» signés avec l’Etat. Selon le texte gouvernemental, ces entreprises et organismes bénéficient d’une allocation financière globale de 30 milliards de francs Cfa, pour la «mise en œuvre de certains projets identifiés».

Ces dotations financières vont de 100 millions de francs Cfa, pour le Laboratoire national vétérinaire (Lanavet), à 6 milliards de francs Cfa pour la Cameroon Water Utilities (Camwater), l’entreprise bras séculier de l’Etat en matière de construction et d’entretien des infrastructures d’adduction d’eau potable.

Par secteur, la santé s’adjuge une dotation de près de 10 milliards de francs Cfa. Cette enveloppe est mise à disposition de certains hôpitaux de référence, des laboratoires spécialisés et de l’Institut de recherche en plantes médicinales. L’on retrouve ensuite le secteur de l’eau potable, avec 6 milliards de Fcfa ; le secteur agricole, qui s’adjuge une dotation de plus de 6 milliards de francs Cfa. Ces fonds sont mis à la disposition des unités agro-industrielles publiques (Sodecao, Pamol, Semry…), un institut de recherche agricole, une unité de traitement des vergers, et une structure de promotion du machinisme agricole.

Sont également concernés, les secteurs de l’immobilier avec environ 3,5 milliards de francs Cfa que se partageront la Société immobilière du Cameroun (800 millions), la Mission de promotion des matériaux locaux (885 millions) et la Mission d’aménagement des terrains urbains et ruraux (1,7 milliard de Fcfa) ; le développement forestier avec l’Anafor ; le développement local, avec des autorités de développement de certaines zones du pays (Mideno, Miaden, UNVDA…).

Source : © Investir Au Cameroun

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz