Cameroun : De l’eau potable pour 20 000 personnes à Douala

De l’eau potable pour 20 000 personnes | Illustration/DR
De l’eau potable pour 20 000 personnes | Illustration/DR

Un forage électrique inauguré vendredi au marché de la Cité Sic.

Un point de distribution d’eau d’une profondeur de 65m, équipé de deux bornes fontaines d’une capacité de 14 litres/2 minutes (si, si), s’étendant sur 4m². Cet ouvrage va permettre d’approvisionner près de 20 000 personnes, dont les commerçants du marché de la Cité Sic, premiers bénéficiaires. Le forage électrique, en même temps qu’un bloc de toilettes écologiques, a été inauguré le 2 octobre 2015 dans l’espace marchand. Un bloc bâti sur 36,75m², composé notamment de quatre WC, deux pour femmes, deux pour hommes, un coin lave-mains, une salle pour le régisseur, etc.

Le marché de la Cité Sic est le deuxième site de l’arrondissement de Douala 5e, après celui de la Cité des Palmiers en mars dernier, à être équipé dans le cadre du projet Water Of Life. Un programme, qui selon les responsables de Diageo Cameroun, la structure initiatrice, a déjà permis depuis son lancement de ravitailler 800 000 personnes en eau potable dans le pays. Pour le représentant du gouverneur du Littoral, ce genre de projet participe non seulement à l’amélioration des conditions de vie des populations, mais aussi au développement socio-économique du pays. Par ailleurs, il s’est voulu porte-parole des arrondissements voisins et souhaiterait aussi inaugurer des ouvrages comme ceux dévoilés vendredi dans d’autres circonscriptions.

Quant à Gustave Ebanda, le maire de Douala 5e, il estime que le projet Wol rejoint la mission de l’exécutif municipal en particulier et des pouvoirs publics en général. De plus, « offrir un bloc de toilettes, c’est protéger l’intimité, l’environnement et la santé. » S’adressant aux commerçants, il a déclaré avoir pris acte de leurs doléances et annoncé que des mesures seront prises dans quelques jours pour installer des lampadaires et verser de la pouzzolane sur la route. En effet, quelques instants plus tôt, le vice-président du marché avait évoqué les besoins les plus urgents du marché : les lampadaires pour permettre aux gardiens de lutter contre l’insécurité, la pouzzolane pour faciliter l’accès à l’espace, la réfection des toitures endommagées, notamment au marché-volaille, qui représentent un danger pour les marchands et les clients. Autant d’actions qui devraient rentrer dans la modernisation de ce marché vieux de plus de 50 ans.

Source : © Cameroon Tribune

Par Rita DIBA