Cameroun – CUD : 40% de l’édifice est hors d’usage après l’incendie – 08/04/2015

Le Dr FRitz Ntoné Ntoné, délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala (Ph : Actualité)
Le Dr FRitz Ntoné Ntoné, délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala (Ph : Actualité)

 

Les travaux d’urgence seront entrepris pour restaurer le bâtiment et permettre aux employés de travailler aisément comme par le passé.

Dans la nuit du 6 au 7 avril 2015, le bâtiment principal de la Communauté urbaine de Douala (CUD) a été frappé par un incendie. Près de 40% de cet édifice est désormais hors d’usage en attendant les travaux d’urgence qui y seront entrepris. Avant cela, une enquête technique et une enquête judiciaire sont ouvertes. L’information a été relevée par Dr Fritz Ntonè Ntonè, le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala, quelques heures après la circonscription des flammes par les sapeurs-pompiers. Ce qui est important pour l’heure, rappelle ce dernier, « c’est la gestion après cet incendie. La Cud est un service public, il faut donc assurer la continuité du service public et cette continuité sera assurée. Premièrement, tout le personnel, victime de cet incendie seront redéployés dans les divers sites de la Cud. D’abord le bâtiment principal quand toutes les analyses seront finies. Les parties non sinistrées seront donc réutilisées. Nous avons l’hôtel Pochard [en face en face du Commissariat principal], le Cercle municipal, Akwa, à base de Youpwè donc la centaine de personnel concernée va être redéployée dans les services ». Pour ce qui est des usagers, Fritz Ntonè Ntonè rassure : « Que se soient les usagers ordinaires ceux qui viennent acheter leurs timbres et consort, que ce soit les prestataires qui effectuent les travaux en ville qu’un accent particulier sera mis pour que les services soient continus et que s’il y a un hiatus que la constitution des dossiers se fasse le plus rapidement possible. »

Pour ce qui est des dégâts et pertes après cet incendie, le délégué du gouvernement auprès de la CUD affirme que « financièrement parlant, le système étant en réseau, même comme le cerveau a été endommagé par l’incendie, il y a des sauvegardes successives qui peuvent nous permettre donc d’assurer très rapidement la récupération du maximum d’informations et d’assurer ainsi je l’ai dit, la continuité du service ». Ne doit-on pas craindre quand on sait, monsieur le délégué qu’un certain nombre de services stratégiques ont été touchés par l’incendie ? « Je ne crois pas qu’il y ait un service plus stratégique que le cabinet du délégué du gouvernement. Parce que vous ne savez pas ce qu’il y a au niveau du cabinet. Si le fait qu’une partie de la direction des affaires financières est touchée, ce qu’on peut déplorer c’est la perte des documents mais pas la perte des informations. Donc, loin de nous cette insinuation que peut être c’est parti dans telle direction, ça peut être tendancieux. Non! Le point le plus névralgique, je vous le dis : c’est le cabinet du délégué. C’est-à-dire ses bureaux, et les bureaux des adjoints c’est là où tous les triplets peuvent être gardés. Il y a même un archivage parallèle, le délégué garde toujours certains documents plus importants en copie donc une direction qui brûle, oui c’est pénible mais ce ne serait pas la même chose que si le cabinet du délégué partait en fumée (…) Le feu pouvait partir de n’importe où sauf du cabinet du délégué. Comme les services sont en réseau, il est toujours possible qu’on reconstitue le maximum d’informations », rassure Fritz Ntonè Ntonè. Reste plus qu’à attendre la suite des enquêtes ouvertes.

© CamerPost – Frank William BATCHOU

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz