Cameroun – Crise en zone anglophone : un forum national sur l’éducation pour ajuster le système

Jacques Fame Ndongo, Ministre camerounais de l’enseignement supérieur | © CT

La recherche de solutions relatives aux revendications des enseignants se poursuit. Dans cette logique, le comité interministériel en chargé d’examiner les différentes doléances des syndicats de ce secteur propose l’organisation d’un forum national sur l’éducation.

Le mardi 31 janvier dernier à Yaoundé, plusieurs représentants de divers syndicats du secteur de l’éducation étaient réunis dans la capitale Camerounaise. Autour du Ministre de l’enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo, ces messieurs ont réfléchi sur des points précis notamment : les problèmes économiques et sociaux des enseignants, la nécessité d’organiser un forum sur l’éducation mais aussi diverses questions.

De manière concrète sur les questions économiques il faut avouer que les principales revendications sont connus, néanmoins, deux groupes celle-ci seront peaufinés et soumises comme sujets de réflexion lors du Forum National sur l’éducation en cours de préparation. La question est d’autant plus complexe qu’elle appelle nécessite l’implication de plusieurs départements ministériels. Les autorités insistent sur de réalisme car selon elles il faudrait que les doléances soient soutenables sur le long terme. Une autre préoccupation de ce forum sera sans doute l’examen des griefs portés par les enseignants de la partie anglophone du pays.

S’il faut reconnaitre que bon nombre de ces griefs sont fondés, force est d’accepter que beaucoup relèvent du fantasme pur et simple. Sinon comment comprendre que certains exigent que seuls des enseignant originaires de ces régions y exercent ? Sans doute le Cameroun doit trouver le juste équilibre entre les deux systèmes sans les vider de leurs substances ou originalités. Mais l’expérience des grandes concertations au Cameroun a démontré que dans une certaine mesure les principaux actes pris restent dans les tiroirs sans véritable mise en application. Une chose est d’organiser un forum à grands renforts de sous et d’énergie, une autre est de mettre en œuvre les conclusions. Une certitude demeure tout de même c’est la volonté de sortir de la crise.

C’est le sens qu’il faut donner à la récente sortie des autorités religieuses qui soulignaient : « nous encourageons le gouvernement à persévérer dans la voie du dialogue…pour la résolution des problèmes liés au système éducatif camerounais ».

© CAMERPOST par Hakim ABDELKADER