Cameroun : Crise au SDF : Elizabeth Tamajong explique les raisons de sa démission – 18/02/2015

Elizabeth Tamajong, Secrétaire générale démissionnaire du Social Democratic front (SDF). | Photo d'archives
Elizabeth Tamajong, Secrétaire générale démissionnaire du Social Democratic front (SDF). | Photo d’archives

La Secrétaire générale démissionnaire en veut au sommet du parti, qu’elle accuse d’avoir dévoyé ses valeurs et principes. Comment peut-elle avoir fait neuf ans au sommet et critiquer le sommet ? Question de Jean Robert Wafo sur Facebook. Dans la lettre de démission adressée au chairman du Sdf, Ni John Fru Ndi, le 12 février dernier, Elizabeth Tamajong se dit très triste. Triste de constater que son parti, qu’elle pense pouvoir continuer à faire rayonner, a, ces 15 dernières années, dévié de sa vision initiale : conduire le pays vers une véritable démocratie.

Elle regrette la disparition des valeurs et principes formulés dans les années 90, comme la justice sociale, l’égalité des chances, la transparence et surtout la recevabilité dans la gestion des affaires du parti. Dans «ma gestion en tant que Secrétaire général du Sdf de 2006 à 2014 », version française d’un mémoire de 34 pages, intitulé « stewarship of the Sg of Sdf from 2006 – 2014 », avec pièces jointes et photos, la Secrétaire générale démissionnaire raconte ses tribulations pendant les neuf années qu’elle a tenu à ce poste sensible dans l’administration du parti de l’opposition.

Celle qui situe son adhésion officielle au Sdf en 1991, a été trésorière provinciale du Sdf pour le Centre de 1991 à 1995, Présidente des Femmes Charismatiques du Sdf de 1992 à 1993, membre du Nec en 1993, élue Secrétaire Général Adjoint n° 2 en 1999, avant de devenir Secrétaire Général par intérim en 2005, suite au désistement de Dr. Michael Ndobegang, nommé après la destitution de Pr. TazoachaAsonganyi. « Je suis devenue Sg à un moment très difficile pendant lequel la crise Muna battait encore son plein », reconnaît-elle. Malgré quoi, elle va s’investir dans une intense activité dont les résultats produiront entre autres, des entrevues bénéfiques avec les diplomates des pays influents au Cameroun, la réhabilitation de l’ex-secrétariat régional du Centre, qui héberge le secrétariat général du parti à Yaoundé, lequel avait été incendié lors de la crise Muna et l’acquisition d’une imprimerie pour le parti.

Assez souvent humiliée

De 2006 à 2014, elle soutient avoir réalisé pour le Sdf, avec le Secrétariat à l’Education et à la Formation Politique, plus de 14 projets. Au passage, elle lave les accusations de gabegie que certains font peser sur elle. « Etant donné que la [Fondation Friedrich Ebert] ne voulait pas s’afficher comme sponsor du parti, le projet a dû être codé sous le nom de: Centre pour les études sociales et démocratiques (Cesd). Par conséquent, il est incorrect de considérer le Cesd comme une Ong créée pour détourner les fonds destinés aux projets du parti ».

Sa détermination sera cependant et régulièrement mise à rude épreuve par le sommet du parti. « Depuis ma prise de fonction en 2006, (j’ai) subi de manière répétitive un non-respect de (ma) personne et l’humiliation, en privé et en public par les cadres du parti de toutes catégories ». Un exemple pris parmi une vingtaine de cas cités : « par tradition dans notre parti, le Secrétaire Général présente aux députés Sdf la décision du Comité National d’Investiture nommant certains d’entre eux à divers postes au sein du Bureau et des Commissions de l’Assemblée Nationale. Mais au cours de mon mandat, ce rôle m’a été retiré.

Je ne suis au courant de leurs nominations que par les médias comme les autresmembres du parti ». Elle et propose la séparation des pouvoirs, avec le Nec, le Nic et le Nac, divers organes du parti présidés par des personnalités différentes ; le retour à l’élection du Sg comme avant la convention de 2006 ; l’utilisation des subventions de l’Etat pour développer la base du parti et la valorisation des mouvements des jeunes et des femmes.

Source : © Le Jour

Par Franklin Kamtche

  • À frero. L’inspiration. C’est. Fini ou comment ? Rentrons. Au lag sans soucis. Nous. Taimerons. Toouojour