Cameroun : Le Crédit mutuel mis sous administration provisoire

Le Crédit mutuel Camerounais mis sous administration provisoire | Ph. Illustration

Le Crédit mutuel du Cameroun, un établissement de microfinance (EMF) de première catégorie en proie à une profonde crise structurelle, a été mis sous administration provisoire pour une durée de 6 mois au terme d’une décision de la Commission bancaire de l’Afrique centrale (COBAC).

Le responsable désigné, Ida Djodju Enchei, devra notamment, au terme de 2 mois procéder à l’évaluation de la situation, se prononcer sur une éventuelle reprise des activités et soumettre à l’instance de régulation un plan de restructuration.

Cet EMF a défrayé la chronique voici un trimestre à la suite de la fermeture de ses portes, consécutive, selon ses responsables, à un retrait massif et subit de fonds par les épargnants, soit quelque 1,5 milliard FCFA en l’espace de 2 mois.

Sa situation est à rapprocher des tourments connus quelques mois plus tôt par le Crédit du Golfe, la Compagnie financière de l’estuaire (COFINEST) ou encore la Compagnie équatoriale pour l’épargne et le crédit (COMECI).

En effet, considéré comme porteur, le secteur camerounais de la microfinance est régulièrement secoué par des faillites spectaculaires généralement attribuées à la mauvaise gestion des promoteurs.

En fin décembre 2013, les dépôts des EMF du pays s’élevaient à 519 milliards FCFA avec un encours des crédits se situant à 309 milliards FCFA, en augmentation de 8% par rapport à un an plus tôt, le ministère des Finances indiquant par ailleurs que «l’assainissement se poursuit dans ce secteur», après les pertes successives enregistrées sur les années 2011 à 2013.

Le domaine des EMF a ainsi renoué avec les résultats positifs en 2014 grâce à un résultat net global de 195 millions FCFA et un ratio nombre de comptes ouverts dans les banques et les établissements sur la population de plus de 18 ans, de 26%.

Au 31 décembre 2014, selon les statistiques officielles, le secteur de la microfinance comptait 418 établissements agréés (dont 166 indépendants et 252 en réseau) inégalement répartis sur le territoire national, le nombre de comptes dans les EMF étant de 1.061.481 contre 907.175 à fin décembre 2013 pour des comptes de dépôts représentant 60%.

Pourtant, en août 2015, la COBAC avait accusé ces établissements de prélever des commissions exorbitantes et en marge de la réglementation, des pratiques qui s’effectuent au détriment des intérêts des populations.

Le «gendarme» des établissements de crédit pointant aussi le non-respect des dispositions relatives à la lutte contre le blanchiment des capitaux, au financement du terrorisme et à la règlementation des changes en vigueur au sein de la Communauté des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC).

Pourtant, selon la COBAC, les EMF camerounaises présentent de bonnes perspectives de développement, les statistiques y relatives, notamment le nombre d’établissements impliqués dans cette activité, la grande variété des produits et services offerts ainsi que le volume et le montant des transactions réalisées, illustrant à suffisance cette réalité.

© CAMERPOST avec © APA

PARTAGER
  • MUCADEC

    Par la présente, nous informons nos sociétaires et le public en général que les Mutuelles Camerounaises d’Épargne et de Crédit (MUCADEC) ont fait l’objet d’une publication de leur image en lieu et place de celle du Crédit Mutuel du Cameroun mise sous administration provisoire par la COBAC. En conséquence, nous vous prions de ne donner aucun crédit à cette désinformation et de continuer à nous faire confiance.