Cameroun – Convocation de Me Akere Muna au SED : troublante à plus d’un titre selon des observateurs avertis

Me AKERE MUNA, ancien bâtonnier de l’Ordre des avocts du Cameroun | Ph. Archives

L’ancien bâtonnier camerounais vient d’être convoqué par la gendarmerie nationale, dans le cadre de l’enquête ouverte au sujet des revendications anglophones.

Il était attendu au Secrétariat d’Etat à la défense (Sed) hier le 22 mars 2017. Sauf qu’aux dernières nouvelles, CAMERPOST apprend qu’il ne se trouve pas au pays, plutôt en Afrique du Sud pour des raisons professionnelles. En attendant son arrivée au Cameroun, l’affaire fait en ce moment les choux gras de la presse écrite, cybernétique et des organes audiovisuels.

A la lecture des post sur les réseaux sociaux, des intellectuels camerounais estiment que cette convocation de Me Akere Muna est troublante à plus d’un titre. C’est le cas d’Alex Gustave Azebaze, journaliste défenseur des droits humains. Dans une analyse publiée sur Facebook, le journaliste très connu sur la place publique affirme que cette convocation comme le prévoit la loi organisant la profession d’avocat au Cameroun, était destinée au bâtonnier en exercice de l’ordre des avocats – dont le siège est connu à Yaoundé de même que son cabinet à Douala.

INCOMPREHENSIONS

Alex Gustave Azebaze trouve curieux que la convocation de Me Muna ait plutôt été déposée par l’envoyé de la gendarmerie à la Fondation Muna où se trouve le cabinet des Muna, Ben et Akere. « Or si tant est que l’ancien bâtonnier de l’ordre des avocats est suspecté d’actes graves relevant de la justice, nul dans les renseignements ne pouvait ignorer que cette personnalité bien connue au Cameroun était en route pour un engagement à l’étranger le même jour. Car les personnalités de ce niveau sont suivies dans leurs différents mouvements. Même discrètement », soutient l’auteur du post. Son analyse mérite qu’on s’y attarde surtout que l’État du Cameroun, notamment ses services de sécurité dont fait partie la gendarmerie nationale savent qu’un voyage en Afrique du Sud nécessite un visa même pour le titulaire de passeports spéciaux, diplomatiques ou de service.

A QUELQUES MOIS DES SCRUTINS 2018

« Donc, il était évident que le fondateur de Transparency Cameroon ne pouvait ni recevoir et transmettre au bâtonnier NGNIE KAMGA, destinataire de cette convocation. Ni même se présenter directement à cette date, même s’il le voulait, au Service Central des Recherches Judiciaires (SCRJ), le service spécialisé de la gendarmerie nationale en matière d’enquêtes criminelles », indique Alex Gustave Azebaze qui ne comprend pas pourquoi la convocation a été déposée in absentia et tout de suite fait le tour des réseaux sociaux. Comme si l’on voulait passer un message subliminal à l’opinion. « Mais lequel? », s’interroge-t-il.

En attendant d’y voir plus clair, rappelons que la convocation de Me Akere Muna intervient quelques jours après que sa sœur Ama Tutu Muna, ancienne Ministre des Arts et de la Culture ait été nommée membre de la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme, par décret présidentiel. Deux événements distincts en l’espace de peu de temps et surtout à la veille des scrutins 2018, l’on serait amené à dire qu’il y a anguille sous roche. Nous y reviendrons.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz