Cameroun – Contrebande : Plus de 110 tonnes de sucre saisies

Plus de 110 tonnes de sucre de contrebande saisies | Illustration
Plus de 110 tonnes de sucre de contrebande saisies | Illustration

Elles ont été confisquées suite à une série de descentes de la délégation départementale du ministère du Commerce du Mfoundi depuis quelques jours.

100 sacs de 50 kg de sucre frauduleusement importé ont été saisis le 28 avril auprès de grossistes à Yaoundé. La veille, c’étaient 500 sacs de 50 kg confisqués au quartier Nlongkak à Yaoundé. Le chiffre porte à 110 tonnes, la quantité de sucre retiré du marché par la délégation départementale du ministère du Commerce du Mfoundi depuis lundi dernier. « Nous avons été informés de l’entrée au Cameroun de plus de 500 000 tonnes de sucre. Or, l’importation de cette denrée est interdite dans l’espace économique camerounais jusqu’à nouvel avis dans le but de protéger notre tissu industriel menacé par la concurrence étrangère », explique Hilaire Flavien Foumane, chef de la brigade des contrôles et de la répression des fraudes à la délégation départementale du Mfoundi.

La délégation a mobilisé une équipe de 53 personnes pour effectuer les contrôles. « Le renseignement est très important dans ces opérations. Des sources nous fournissent les horaires de livraison des sacs de sucre et nous les prenons en flagrant délit de distribution aux détaillants », relate le chef de brigade. En effet, c’est entre 4h30 et 6h du matin que les grossistes viennent clandestinement livrer le sucre aux détaillants. « A partir de 10h, les magasins de ces grossistes sont fermés. Dans cette fraude, grossistes et détaillants sont tous les deux fautifs, car nul n’est censé ignorer la loi », indique Hilaire Flavien Foumane.

Le pire, c’est que « nous n’avons pas de traçabilité sur ces produits. Ils peuvent être impropres à la consommation, dangereux pour la santé », selon le chef de brigade qui ajoute qu’ « il est aberrant qu’un sac de sucre en provenance d’Amérique latine soit commercialisé au Cameroun moins cher que celui produit au Cameroun, malgré les différents coûts d’importation et autres taxes ». Pour ce qui est de la provenance de ce sucre, les responsables de la délégation affirment que c’est sur la base des documents que leur fourniront les opérateurs indexés (déclaration préalable à l’importation, certificat d’origine…) qu’ils en sauront plus sur l’origine des stocks confisqués. Mais déjà, la plupart des sacs portent l’estampille « Made in Brazil », même si, comme le souligne la brigade de contrôle, il arrive que les opérateurs prennent du sucre périmé ou de laboratoire pour le reconditionner dans des sacs qu’ils ont eux-mêmes créés.

Source : © Cameroon Tribune

Par Marilyne NGAMBO TCHOFO

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz