Cameroun – Construction d’un barrage transnational à Biniwarak dans l’Adamaoua : les premiers mégawatts attendus en 2021

Chantier du barrage de Lom Pangar (Est-Cameroun) le 19 septembre 2015. | ©  RFI/Alexis Huguet / ILLUSTRATION
Chantier du barrage de Lom Pangar (Est-Cameroun) le 19 septembre 2015. | © RFI/Alexis Huguet / ILLUSTRATION

Le projet d’aménagement du barrage hydroélectrique de Bini à warak dans la Région de l’Adamaoua, s’inscrit dans le cadre de l’élaboration du plan de développement de l’hydroélectricité mis en place depuis 2004. Lequel projet a déjà vu d’autres grands travaux en cours pour les uns et en phase de finalisation pour d’autres. Il s’agit notamment, des barrages de Lom Pangar, de Mekin, de Mem’vélé, la centrale à gaz de Kribi entre autres. L’ambition est d’accroitre l’offre énergétique dans le pays.

Les chiffres

Depuis quelques années, la production énergétique du barrage de Lagdo dans la Région du Nord Cameroun, près de Garoua, connait une chute drastique. Initialement, prévu pour produire 72 mégawatts, ce barrage fournit hélas 50 mégawatts en saison de pluie. La conséquence immédiate, c’est le rationnement de la distribution de l’énergie électrique  lors des périodes d’étiage dans la zone.  Plusieurs raisons expliquent cette situation notamment : la vétusté des équipements vieux de plus d’une trentaine d’années, la faible pluviosité locale.

Pour le barrage de Bini à Warak, sa capacité se situe autour de 75 mégawatts, alors que la demande locale estimée à 148 mégawatts selon les autorités. Parlant du projet lui même, il est composé d’un barrage de retenu d’eau d’une capacité de 160 h/m2, d’une centrale hydroélectrique d’une valeur de 75 mégawatts, d’une ligne de transport d’énergie électrique haute tension de 225 k volts, enfin d’un système d’électrification globale de 30k volt.

Financement

Le barrage de Biniwarak, est un projet clé en main conjoint du gouvernement camerounais et d’une entreprise chinoise dont le contrat commercial date de janvier 2013 et le contrat de financement de juin 2015. L’accord de prêt présente une ardoise de 182 milliards de francs CFA soit 302 millions de dollars US.

Emploi. En dehors de son ambition première, celle de pourvoir la région en offre électrique, ce projet à moyen terme pourra étendre sa production aux pays voisins que sont le Tchad et le Nigéria. En matière d’emploi, le ministre de la communication et porte parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary a estimé que la mise en place de ce barrage garantira une employabilité certaine aux Camerounais. Les emplois directs et indirects s’évaluent en milliers et le gouvernement prend le volet à bras le corps.

Gestion environnementale

Des préalables ont précédés la mise en place de cet ouvrage. Il s’agit du recensement des personnes et des biens affectés par la construction, la détermination du périmètre global du projet évalué à 12 mille hectares dont 8000 hectares pour le réservoir du barrage, 4000 hectares pour le rayon de 50 km de câble électrique ainsi que des voies d’accès. Les études environnementales et sociales, se sont appesanties sur l’impact qui pourra donner lieu à un plan d’action des règles internationales en matière de déplacement involontaire.

© CAMERPOST par Augustin Tacham

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Cameroun – Construction d’un barrage transnational à Biniwarak dans l’Adamaoua : les premiers mégawatts attendus en 2021"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Florent Bilong Abissama

Heheeeeehhhhhhhhh! Qui vivra nous dira

wpDiscuz